Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

10 déc. 2015

Suisse : Les cafouillages du Groupe Mutuel Assurances

(Choix d'image par la rédactrice de "Mieux Prévenir")
Les cafouillages du Groupe Mutuel Assurances
www.alerte.ch, 10 décembre 2015

On a reçu des plaintes de personnes choquées par un plan tarifaire enfant pour la téléphonie mobile proposé par le Groupe Mutuel. Le Groupe semble ignorer les mesures de précaution de l'OFSP (Office fédéral de la santé publique), ainsi que celles du Swiss-RE concernant les risques élévés pour les assureurs.  Un membre du Comité de l'ARA n'a pas tardé à écrire une lettre de contestation à la direction du Groupe Mutuel.

Paul Rabaglia
Directeur général Groupe Mutuel Rue des Cèdres 5
Case Postale
1919 Martigny

Morges, le 7 décembre 2015

Monsieur,

Nous avons été très choqués par l’offre de Xadoo aux assurés du Groupe Mutuel Assurances d’un plan tarifaire enfant pour la communication mobile.

Cette publicité, figurant sur la page d'accueil du site du Groupe Mutuel, envoie aux consommateurs le message qu'il est sans danger pour les jeunes enfants d’utiliser un téléphone mobile. Il est d'autant plus troublant que cette offre soit cautionnée par une société d'assurance maladie. En fait, l’utilisation d’un téléphone portable expose les enfants aux dangers des rayonnements électromagnétiques: tumeurs au cerveau, atteinte de la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau des substances toxiques, problèmes de comportement et autres risques sanitaires. Les crânes des enfants sont plus petits et fragiles et absorbent davantage de rayonnements. L’utilisation de téléphones portables par de très jeunes enfants amène au cours de leur vie une accumulation d'exposition aux rayonnements beaucoup plus importante que celle des adultes, ce qui pourrait augmenter de façon significative le risque qu’ils développent des tumeurs cérébrales.

Le choix de cette publicité maladroite et fâcheuse démontre des dysfonctionnements au sein de votre unité responsable de l'évaluation des risques. Cela est d'autant plus étonnant alors que la Swiss-Re a classifié le rayonnement de la téléphonie mobile comme «risque potentiellement élevé» (voir page 11, Swiss-Re-SONAR du juin 2013.)

En mai 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les champs électro-magnétiques de haute fréquence comme «peut-être cancérogènes» (groupe 2B). Les experts sont arrivés à la conclusion que les études épidémiologiques portant sur les tumeurs cérébrales chez les utilisateurs de téléphone mobile montrent un risque que ceux-ci soient touchés par le gliome (tumeur cérébrale la plus fréquente chez l’adulte) et le neurinome de l’acoustique (tumeur du nerf qui assure l’audition et participe à l’équilibre).

Cette classification par l’OMS, ainsi que les incertitudes concernant les effets à long terme et les risques éventuels pour les enfants et les adolescents, incite la Ligue suisse contre le cancer à recommander de ne s’exposer aux champs électromagnétiques de haute fréquence qu’avec retenue. La Ligue suisse contre le cancer met également en garde contre l’utilisation du téléphone portable qui émet le rayonnement électromagnétique . La Ligue, ainsi que l’Office fédéral de la santé publique, recommande, entre autres, de réduire à un minimum l’exposition personnelle au rayonnement en utilisant un dispositif mains libres pendant que l’on téléphone avec un portable.

En Belgique, à partir du 1er mars 2014, un arrêté royal interdit toute publicité relative à l'utilisation des téléphones portables destinés aux enfants âgés de moins de 7 ans. En France, une proposition de loi votée par l’Assemblée nationale interdit toute publicité pour les téléphones portables et les tablettes ciblant les moins de 14 ans. Les fabricants des téléphones portables devront préconiser l’usage d’un kit mains libres.

En mai 2015, plus de 200 scientifiques de 40 pays ont signé un appel international adressé au Secrétaire général des Nations Unies et au Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, demandant une protection efficace, surtout des enfants et des femmes enceintes, contre les expositions à des champs électromagnétiques d’ondes non-ionisantes, émises par le Wi-Fi, les téléphones mobiles et autres technologies sans fil. Ces scientifiques ont publié dans les revues plus de 2'000 articles par des pairs sur les effets biologiques de ces technologies.

Il est temps que les entreprises et les consommateurs soient informés sur les risques des rayonnements électromagnétiques et les mesures de précaution à prendre, surtout pour protéger la santé des jeunes enfants.

Je vous remercie de votre attention à l'égard de ce qui précède et je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments distingués.

....
Membre du Comité de l’ARA
Association Romande Alerte
www.alerte.ch

Copie à :
Mme Zeynep Ersan Berdoz, Directrice des rédactions, Bon à Savoir
Dre Yvonne Gilli, Conseillère nationale, Parlement Suisse

http://www.alerte.ch/fr/activit%C3%A9s/agir/177-les-cafouillages-du-groupe-mutuel-assurances.html

Voici la réponse du Groupe Mutuel:

Martigny, le 14 décembre 2015

Votre courrier au Groupe Mutuel
Offre Natel pour les enfants

Monsieur,

Votre courrier nous est bien parvenu et il a retenu toute l’attention de Monsieur Paul Rabaglia, notre directeur général, qui me charge de vous répondre en son nom.

Nous ne partageons pas la tonalité catastrophiste de votre courrier qui, à notre sens, s’accommode mal avec une réflexion constructive en la matière. Nous ne souscrivons pas, non plus, à votre remarque selon laquelle cette offre de faveur, destinée finalement aux parents de jeunes enfants, transmettrait une image permissive concernant l’usage du portable. Ou alors prononçons une interdiction générale de cet appareil.

Sachons plutôt faire la part des choses. Comme en tout, c’est la raison et la mesure qui doivent prévaloir. Cette démarche-là incombe d’abord aux parents, les premiers responsables du comportement de leurs enfants. A eux de décider, en effet, de leur autoriser, ou non, l’usage d’un portable : à quelles conditions, à quelle fin et avec quelle consigne. Sans doute y a-t-il danger lorsque l’usage en est excessif, mais le portable peut aussi être un facteur de sécurité offrant la possibilité d’un contact immédiat en cas de danger ou d’événement imprévu. C’est aussi dans cet esprit que la société, proposant cet avantage à nos assurés, a imaginé cette offre que nous relayons et à laquelle nous n’avons aucun intéressement financier.

Nous sommes donc bien loin de ce que vous y décelez, l’image d’un libre usage échappant à tout contrôle. Notre conviction est que les consommateurs sont des gens responsables, tout-à-fait capables de trier le bon grain de l’ivraie et de s’informer avec sérieux. Le visuel de notre offre le démontre d’ailleurs : ce sont bel et bien les parents qui décident et non pas l’enfant. Dans ce sens, nous ne voyons pas d’obstacle, au sens de votre critique, à proposer, par l’intermédiaire de ce partenaire, cet abonnement de faveur pour les enfants. La décision finale en incombe de toute manière aux parents.

Veuillez agréer, Monsieur, nos meilleures salutations.

Groupe Mutuel

Yves Seydoux
Membre du management

2 commentaires:

  1. Voici le message d'un assuré au Directeur général du Groupe Mutuel, Monsieur A M. Paul Rabaglia

    Bonjour Monsieur le Directeur,

    Mes filles sont assurées chez vous en maladie et ce matin, je découvre au courrier une offre spéciale de votre part pour des abonnements à la téléphonie mobile pour enfants (Xadoo).

    Nous sommes scandalisés qu'un prestataire dans le domaine de la santé puisse agir de la sorte, sachant que les radiofréquences micro-ondes sont toxiques et ce spécialement pour les enfants dont les organes ne sont pas encore entièrement formés et dont la paroi du crâne est encore fine et peu calcifiée! Les études démontrant des effets néfastes des ondes électromagnétiques sur la santé sont innombrables (des dizaines de milliers). Vous en trouverez une petite sélection aux liens ci-dessous. Si vous en voulez plus, nous pouvons vous en fournir...

    En outre, même l'OFSP dont vous dépendez, sauf erreur, bien que ne s'engageant pas avec fermeté recommande la prudence (pavés rouges) avec les radiofréquences micro-ondes:
    http://www.bag.admin.ch/themen/strahlung/00053/00673/00674/index.html?lang=fr
    http://www.bag.admin.ch/themen/strahlung/00053/00673/03570/index.html?lang=fr

    En tant qu'assureur, vous savez que l'OMS a classifié en 2011 les radiofréquences comme potentiellement cancérigènes et que les ré-assureurs refusent les risques liés à cette technologie depuis plusieurs années!

    A moins bien entendu qu'en tant que prestataire dans la santé, vous ayez un intérêt à ce que la population ne jouisse pas d'une si bonne condition, ce que nous n'osons pas penser un seul instant!

    Nous vous demandons de prendre position sur ce qui précède et de mieux sélectionner vos partenaires à l'avenir (comme pour les casques de ski, par exemple).

    D'avance merci pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  2. Commentaire publié par la Tribune de Genève dans le Courrier des lecteurs, le 16 décembre 2015 (à noter que la Tribune a enlevé le nom de la compagnie d'assurance, Groupe Mutuel) :

    "Mieux vaut prévenir que guérir"

    Pour 2016, on annonce une hausse moyenne des primes d’assurance maladie de 4%. Les compagnies d’assurance fournissent-elles des conseils de prévention afin de réduire les coûts des maladies?

    Au contraire, par exemple, l'une d'elles, par exemple, offre à ses assurés un abonnement de téléphone mobile pour enfant : 300 min. de téléphonie à 9 fr.90 par mois. Cette publicité envoie le message qu'il est sans danger pour les jeunes enfants d’utiliser un téléphone mobile. Il est troublant que cette offre soit cautionnée par une société qui visiblement n’évalue pas les risques du rayonnement de la téléphonie mobile, que la Swiss Re a classifié « potentiellement élevés » (document SONAR de 2013).

    L’utilisation d’un téléphone mobile expose les enfants aux dangers des rayonnements électromagnétiques : tumeurs au cerveau, troubles de comportement et autres risques sanitaires. Les crânes des enfants, plus petits et fragiles, absorbent davantage de rayonnements. L’utilisation d’un téléphone mobile dès un jeune âge entraîne au cours de la vie une accumulation d'exposition beaucoup plus importante que celle des adultes, ce qui pourrait augmenter de façon significative le risque des tumeurs cérébrales.

    Les sociétés d’assurances sont-elles prêtes à couvrir les coûts fulgurants de telles maladies? « Mieux vaut prévenir que guérir », commençant par ne pas encourager l’utilisation des téléphones mobiles par de jeunes enfants.

    RépondreSupprimer