Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

31 mars 2018

Une étude de l’Italie sur des animaux démontre une fois de plus un risque de cancer élevé lié aux ondes de la téléphonie mobile

Une étude de l’Italie sur des animaux démontre une fois de plus un risque de cancer élevé lié aux ondes de la téléphonie mobile
Communiqué de presse du 27 mars 2018 par l'Association faîtière électrosmog Suisse et Liechtenstein.

L'Institut Ramazzini communique
les résultats de son étude.
L'Institut Ramazzini de Bologne a publié les résultats de son étude très attendue sur les rats dans une revue scientifique. Les animaux ont été exposés sur une longue durée à des ondes de la téléphonie mobile variées et à intensité faible. On a observé significativement davantage de cellules endommagées chez les animaux irradiés que chez les animaux non irradiés. Il s’agit du schwannome, un type de cancer cardiaque relativement rare, et de tumeurs cervicales. Communiqué de presse du 27 mars 2018 par l'Association faîtière électrosmog Suisse et Liechtenstein.

Les résultats corroborent ceux de l'étude menée à grande échelle sur des animaux par le NTP (Programme national de toxicologie) aux États-Unis, étude qui portait sur des irradiations d’intensité plus élevée. De plus, les différents résultats de laboratoire confirment les observations de l'étude internationale CEFALO à laquelle la Suisse a participé. Cette étude a démontré déjà en 2011 statistiquement que les enfants et les adolescents subissent un risque plus élevé de tumeurs cérébrales en tant qu'utilisateurs de téléphones portables.

30 mars 2018

Message du Dr Marc Arazi, Président, Association Alerte Phonegate à son retour de la réunion d'examen par les pairs du National Toxicology Program

De retour de la réunion d'examen par les pairs du National Toxicology Program à Durham, Caroline du Nord, le Dr Marc Arazi a écrit ce message sur la page Facebook de "Task Force Phonegate".

Salut les ami(e)s,

Suis de retour en France après ces quelques jours passés aux USA pour l'Association "Alerte Phonegate" pour commenter l'étude du National Toxicology Program sur les ondes des portables.

Comme vous le verrez en photos, scientifiques et médecins, ce sont succédés à la tribune pour faire part de leurs commentaires sur les résultats de cette étude de dix ans sur des rats et des souris (25 millions de dollars).

Nous avons été convaincant, en tout cas je veux le croire. Au final, nous sommes maintenant loin de la présentation plus que partiale faite par le Dr John Bucher (un des auteurs) lors de la sortie de l'étude le 2 février dernier.

Les liens entre les ondes de la téléphonie mobile et certains cancers chez le rat (cœur, cerveau) sont clairement établis confirmant un peu plus les risques pour la santé de milliards d'utilisateurs.

29 mars 2018

Votre téléphone portable peut-il causer le cancer? Les scientifiques trouvent un lien définitif dans l'étude des rats

Votre téléphone portable peut-il causer le cancer? Les scientifiques trouvent un lien définitif dans l'étude des rats
par John Murawski, newsobserver.com, 28 mars 2018, mis à jour il y a 8 heures 30 minutes
Traduction
AP file photo

PARC TRIANGLE DE RECHERCHE
Selon une réunion du groupe scientifique national qui se tiendra mercredi dans le Research Triangle Park, les ondes radioélectriques des téléphones portables peuvent être liées de manière décisive au cancer chez les rats. La découverte des scientifiques établit le lien le plus clair du risque de téléphone portable pour les humains dans une étude américaine majeure à ce jour.

Les scientifiques ont fait leur annonce à la fin d'une réunion de trois jours pour examiner une expérience de 25 millions de dollars de rongeurs menée par le Centre national de toxicologie dans RTP pour la Food and Drug Administration des États-Unis. Le projet de l'étude, publié début février, a établiun lien faible dans certains cas, mais le groupe consultatif scientifique a déclaré mercredi que les données sont plus convaincantes et indiquent un risque plus élevé que ce qui avait été initialement reconnu.

La décision de mercredi devrait changer le débat sur la sécurité des téléphones portables, et les militants de la santé publique prédisent que les résultats vont pousser les agences fédérales à émettre des avertissements de sécurité et à renforcer les normes de sécurité de l'appareil électronique omniprésent.

27 mars 2018

Les tumeurs agressives du cerveau en augmentation en Angleterre

Les tumeurs agressives du cerveau en augmentation en Angleterre
jayelectrosensible.info, 27 mars 2017

Source : Aggressive Brain Tumors on the Rise in England – MicrowaveNews.com – 25/03/2018

Rate of GBM More Than Doubled Between 1995 and 2015

L’incidence du glioblastome multiforme (GBM), l’une des tumeurs les plus mortelles, a vu sa prévalence augmenter de plus du double en Angleterre entre 1995 et 2015 selon de nouvelles analyses des statistiques nationales. Pendant ce laps de temps, le nombre de cas de ces tumeurs est passé de 983 à 2 531.

Selon Alasdair Philips, l’auteur principal de l’étude, « nous avons constaté une augmentation significative de ces tumeurs à travers ces 21 dernières années dans l’ensemble des tranches d’âge, ». Cet article scientifique vient d’être publié dans la revue « Journal of Environmental and Public Health » et est en libre accès.

« Le taux d’incidence de ces tumeurs, la forme la plus agressive et dont la létalité est la plus rapide, augmente de façon dramatique en Angleterre alors que les tumeurs de grade inférieur ont diminué, ce qui masque cette évolution inquiétante quand on prend l’intégralité des données » indiqua le professeur Philips à Microwave News depuis sa résidence située à Beeswing au sud de l’Écosse, non loin de la frontière avec l’Angleterre.

Le professeur Philips a fourni le graphique ci-dessous qui montre que le nombre total de tumeur maligne (linge noir) stagne de façon plutôt régulière cachant de ce fait l’augmentation des GBM (ligne rouge)


Source : Alasdair Philips

Sensibilité aux ondes : « Il faut écouter les malades »

Sensibilité aux ondes :  « Il faut écouter les malades »
Communiqué du 27 mars 2018
www.priartem.fr - www.electrosensible.org

Après 4 ans de travaux, l'ANSES rend son avis sur l'hypersensibilité électromagnétique.

Voir le rapport sur le site de l'ANSES : ici

PRIARTEM note qu'il s'agit de la première expertise collective consacrée à ce sujet extrêmement controversé, et reconnaît l'ampleur de la tâche à laquelle se sont attelés l'Agence et ses experts. L'association salue, par ailleurs, la démarche de l'Agence, qui a mis en consultation publique un rapport pré-définitif et pris en considération de manière transparente les nombreuses contributions qui lui ont été adressées, ce qui a notablement enrichi et fait évoluer les analyses des experts.

PRIARTEM fera dans les semaines qui viennent une analyse plus complète de cette importante somme. Mais l’ONG considère d’ores et déjà que cette expertise marque un grand pas dans la reconnaissance de la maladie même si l’Agence a considéré qu’elle ne disposait pas d’éléments expérimentaux suffisamment solides pour conclure au lien de causalité avec les expositions aux champs électromagnétiques et a choisi de laisser la question ouverte.

France : Ondes électromagnétiques. Une souffrance à prendre en charge

Ondes électromagnétiques. Une souffrance à prendre en charge 
Le Télégramme, 27 mars 2018
(Photo Le Télégramme)

Les électrosensibles doivent être pris en charge, même s'il n'existe pas aujourd'hui de "preuve" de lien entre ce syndrome controversé et l'exposition aux ondes électromagnétiques. C'est ce qu'estime un rapport de l'Anses salué comme une avancée par des associations.

L'existence même de l'électrohypersensibilité (EHS) fait débat entre une communauté médicale sceptique face à une pathologie qui ne se définit que par l'autodéclaration des personnes qui en souffrent et des patients qui mettent en avant des symptômes handicapants. Maux de tête, troubles du sommeil, nausées, irritabilité, fourmillements dans les doigts, problèmes cutanés... L'Anses répertorie des dizaines de symptômes, plus ou moins courants, que les électrosensibles attribuent à leur exposition aux radiofréquences des téléphones portables, antennes relais et autre Wifi.

"Pas de critères de diagnostic"

France : L’Anses reconnaît la réalité des troubles présentés par les personnes intolérantes aux ondes électromagnétiques et recommande leur prise en charge

Electrosensibles : des symptômes réels qui restent inexpliqués
Par Pierre Le Hir, Le Monde, 27 mars 2018

L’Anses reconnaît la réalité des troubles présentés par les personnes intolérantes aux ondes électromagnétiques et recommande leur prise en charge.

Des symptômes réels, mais pour l’instant inexpliqués, ce qui invite à poursuivreles recherches et à améliorer la prise en charge. Telles sont les conclusions de l’avis rendu mardi 27 mars par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), au sujet de la question très débattue de l’électrohypersensibilité, ou EHS.

Sous cette appellation – on parle aussi, en termes savants, d’intolérance environnementale idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques – se cache une réalité aujourd’hui encore très mal reconnue. Celle des personnes souffrant d’affections diverses – troubles du sommeil et des rythmes circadiens (alternance entre la veille et le sommeil), fatigue, maux de tête, troubles de l’attention et de la mémoire, symptômes cutanés, hypersensibilité – qu’elles imputent à leur exposition aux ondes électromagnétiques. Celles-ci peuvent êtreles radiofréquences émises par les technologies de communication sans fil (téléphones mobiles, Wi-Fi, antennes-relais…), aussi bien que les champs électromagnétiques générés par les lignes et installations électriques ou par les appareils électroménagers. Le spectre est donc très large, ce qui rend le problème encore plus difficile à cerner.

France : Hypersensibilité aux ondes électromagnétiques : amplifier l’effort de recherche et adapter la prise en charge des personnes concernées

Hypersensibilité aux ondes électromagnétiques : amplifier l’effort de recherche et adapter la prise en charge des personnes concernées
ANSES, 27 mars 2018

L’Agence publie ce jour les résultats de son expertise relative à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Ce travail s’est appuyé sur l’ensemble de la littérature scientifique disponible, ainsi que sur un grand nombre d’auditions : médecins hospitaliers et généralistes, chercheurs, associations et personnes concernées. L’expertise met en évidence la grande complexité de la question de l’électrohypersensibilité (EHS), tout en concluant, en l’état actuel des connaissances, à l’absence de preuve expérimentale solide permettant d’établir un lien de causalité entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant EHS. Par ailleurs, l’Agence souligne que la souffrance et les douleurs exprimées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue les conduisant à adapter leur quotidien pour y faire face. Dans ce contexte, l’Agence recommande une prise en charge adaptée des personnes concernées ainsi que la poursuite des travaux de recherche, notamment en mettant en place des études dont les conditions expérimentales prennent en compte les conditions de vie des personnes se déclarant EHS.

26 mars 2018

France : Présentation aux parties prenantes du rapport et de l'avis de l'ANSES sur l'électrohypersensibilité - 26 mars 2018

L'association Priartem sera présente lors de la présentation de cet après-midi, 26 mars,  à l'ANSES et pourra répondre aux questions des journalistes à l'issue de la réunion aux alentours de 17h.

Présentation aux parties prenantes du rapport et de l'avis de l'ANSES sur l'électrohypersensibilité
www.priartem.fr - www.electrosensible.org

Info-presse – lundi 26 mars

Présentation aux parties prenantes du rapport et de l'avis de l'ANSES sur l'électrohypersensibilité

Très attendu, le rapport de l'Agence sanitaire consacré à l'hypersensibilité aux champs électromagnétiques sera présenté aux parties prenantes ce lundi 26 mars après-midi.

PRIARTEM / Electrosensibles de France suit ce dossier avec beaucoup d'attention depuis son initiation en 2013. L'association a été auditionnée par les experts de l'Agence en novembre 2014 et a été à l'origine de près de la moitié des contributions postées lors de la consultation publique sur le rapport pré-définitif en septembre 2016.

24 mars 2018

France : Ondes. Une évaluation des risques bien embrouillée

Ondes. Une évaluation des risques bien embrouillée
par Anne-Corinne Zimmer, L'humanité, 22 mars 2018

L'Agence nationale des radiofréquences vient de publier une série de nouvelles mesures de champs électromagnétiques émis par les téléphones portables.  Sauf que les données restent partielles, quand elles ne sont pas carrément manquantes.  Un médecin sonne l'alerte.



La plus grande étude animale jamais conduite au monde sur la radioexposition des tours cellulaires confirme la présence d’un lien avec le cancer

La plus grande étude animale jamais conduite au monde sur la radioexposition des tours cellulaires confirme la présence d’un lien avec le cancernouvelordremondial / SBWire,
22 mars 2018

Des scientifiques exhortent le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé à réévaluer la cancérogénicité de la radiation des téléphones cellulaires après que l’Institut Ramazzini et des études du gouvernement américain ont découvert les mêmes cancers inhabituels.

Ce communiqué de presse a été distribué à l’origine par SBWire.

Teton Village, WY — (SBWIRE) — 03/22/2018 — Des chercheurs du célèbre Ramazzini Institute(RI) en Italie annoncent qu’une étude à grande échelle sur des animaux de laboratoire exposés à des niveaux environnementaux de rayonnement des tours cellulaires a été conduite afin de savoir si des cancers se développaient. Une étude de 25 millions de dollars portant sur des niveaux beaucoup plus élevés de rayonnement radiofréquence (RF) des téléphones cellulaires, menée par le National Toxicology Program (NTP) des États-Unis, a également fait état de la découverte du même cancer inhabituel appelé Schwannoma du cœur chez les rats mâles traités à la dose la plus élevée. De plus, l’étude du RI sur le rayonnement des tours cellulaires a également révélé une augmentation des tumeurs cérébrales malignes (gliales) chez les rats femelles et des conditions précancéreuses, y compris l’hyperplasie des cellules de Schwann chez les rats mâles et femelles.

23 mars 2018

Message de la nouvelle association "Alerte Phonegate"

Phonegate* : premières actions internationales de l'association Alerte Phonegate
Communiqué, 23 mars 2018

Notre action se structure avec la création d'une association régie par la loi de 1901, intitulée « Alerte Phonegate » officialisée par une annonce parue le 10 mars 2018 au Journal officiel des associations et fondations d’entreprises.

Cette nouvelle organisation a pour objectif principal de mettre en réseau tant en France, en Europe qu'à l'international des individus, organisations et collectivités luttant pour la reconnaissance, la protection et la défense de la santé des utilisateurs de téléphonie mobile dans le cadre, entre autres, du scandale sanitaire et industriel dit du «Phonegate».

L'Assemblée générale constitutive a désigné comme Président Fondateur , le Docteur Marc Arazi, docteur en médecine, qui, fier de la confiance accordée, « … remercie les nombreuses personnes qualifiées et organisations qui ont d'ores et déjà accepté de participer activement au travail important à venir pour alerter les institutions internationales et leur proposer des mesures propres à faire respecter la santé des plus de 6 milliards d'utilisateurs de téléphones mobiles. »

Les deux premières interventions d’Alerte Phonegate sont à destination des États-Unis mais, en réalité, nous concernent tous, tant les enjeux de santé publique sont aujourd'hui interconnectés.

21 mars 2018

Instagram n’est pas un jeu d’enfant

Instagram n’est pas un jeu d’enfant
par Albane Guichard, Le Temps, 19 mars 2018

Sur Instagram, les photos d’enfants attirent de plus en plus d’abonnés face à des parents qui semblent tout ignorer des risques d’une telle exposition. Entre hypersexualisation, abus de Photoshop et pédocriminalité, immersion dans un monde pas si innocent

Yeux bleu vif, teint de porcelaine et longs cheveux brillants, avec son 1 million d’abonnés sur Instagram, Anna Knyazeva a tout pour devenir la nouvelle mannequin en vogue. Sa particularité? Elle n’a que 6 ans.

Anna Knyazeva fait partie de ces gamines exposées aux yeux du monde entier par leurs parents, dans le seul but de montrer ô combien leur progéniture est parfaite. Elue «plus belle petite fille du monde» en 2017 (médaille virtuelle obtenue à grand renfort de clics et de référencement Google), la fillette russe mènerait une vie normale et n’aurait pas du tout la grosse tête. C’est en tout cas ce qu’a assuré sa mère, qui gère son compte Instagram, au média Sputnik.

Poses lascives et maquillage outrancier

20 mars 2018

France : Le Catalogue EASYTIS, spécialiste des objets connectés à usage pédagogique, contrevient à la loi

LETTRE OUVERTE 

Objet : EASYTIS SAS : Le spécialiste des objets connectés à usage pédagogique
robindestoits.org, 20 mars 2018

A l'attention de Madame Virginie BEAUMEUNIER, Directrice Générale de la DGCCRF

Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation, et de la Répression des Fraudes

A l'attention de Monsieur François d'AUBERT, Président de l'ARPP

Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité

Madame,
Monsieur le Président,

Par la présente, l’association nationale Robin des Toits, pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, a l’honneur d’appeler votre attention sur les publications du catalogue EASYTIS se présentant comme "Le spécialiste des objets connectés à usage pédagogique".

Sur ce catalogue, extraits joints, on voit des enfants âgés d’entre 2 à 5 ans tenir des jouets connectés en illustration d’une offre commerciale.

Le Li-fi : Internet haut débit par la lumière !

Le Li-fi : Internet haut débit par la lumière !
par lina, fournisseur-energie.com, 22 février 2018

Il y a quelques années nous avions connu le bluetooth, technologie révolutionnaire qui nous permettait d’envoyer et recevoir des fichiers à une distance réduite et à faible débit.

Ensuite est venu le temps du wi-fi, cette technologie que nous retrouvons partout et qui fait maintenant partie de notre quotidien.

Smartphone, télévision, ou encore voiture, nous pouvons tous en bénéficier. Il nous permet d’envoyer et de recevoir du contenu sans fil et depuis une plus lointaine distance que son ancêtre le bluetooth.

Quelle est la prochaine étape ? Allons-nous, nous arrêter là ? Cela n’a pas l’air d’être le cas, de plus en plus d’informations circulent à propos d’une nouvelle technologie qui pourrait surpasser le Wi-Fi que nous connaissons aujourd’hui. Un nom circule depuis quelques années sans jamais véritablement émerger, et pourtant ce ne serait plus qu’une question de temps. Cette nouvelle technologie porte le nom de Li-Fi.

Une technologie lumineuse

Acronyme de Light Fidelity, le Li-Fi utilise l’éclairage LED pour transmettre du contenu (radio, vidéos, photos, fichiers…) vers un ordinateur, smartphone, tablettes.

Que le LiFi soit!

Que le LiFi soit!
par MATHIEU PERREAULT, lapresse.ca, 12 nars 2018

(Photo) : Hacene Tedjini, PDG de Global Lifi Tech, Patrick Burle, cofondateur et vice-président au développement de Global Lifi Tech, et Ygal Bendavid, professeur en gestion des opérations à l'UQAM.  
PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Un laboratoire d'informatique de l'UQAM accueille depuis le mois dernier la première installation LiFi à Montréal. Cette technologie permet de transmettre internet par la lumière plutôt que par les câbles ou les réseaux WiFi. Le LiFi est à la fois plus rapide, plus sûr et plus précis. Nos explications.

RÉVOLUTION LUMINEUSE

Suicide des jeunes: l’effet des réseaux sociaux

Suicide des jeunes: l’effet des réseaux sociaux
par Fabio Bonavita, ghi.ch, 21 février 2018

SOCIETE • Les milieux genevois de prévention tirent la sonnette d’alarme. Les réseaux sociaux favoriseraient les pensées suicidaires chez les ados. Berne réagit.

Mal utilisés, les réseaux sociaux peuvent s'avérer
dangereux pour les ados.  DR
«Le taux de suicide chez les jeunes ne recule plus.» Christoph Junker, responsable de la statistique vitale au sein de l’Office fédéral de la statistique (OFS), confirme une tendance inquiétante. Selon les derniers chiffres disponibles, ce taux a même augmenté de près de 25% en Suisse. Une première depuis quatre ans. Aux Etats-Unis, chez les jeunes filles de 13 à 18 ans, la hausse est encore plus dramatique. Elle s’élève à 65% entre 2010 et 2015.

Rejet et harcèlement

Faut-il s’attendre à une telle augmentation à Genève? Difficile à dire, mais les milieux de prévention s’inquiètent de plus en plus des nouveaux risques générés par Facebook, Snapchat ou Instagram: «Les réseaux sociaux peuvent être un vecteur pour trouver du soutien ou en apporter à ses proches, mais aussi un catalyseur de mal-être, précise Léonore Dupanloup, chargée de communication de l’antenne genevoise de l’association Stop Suicide. Il faut que les jeunes aient conscience que ce qu’ils y font n’est pas que virtuel.»

16 mars 2018

Des ondes qui nous font peur

DES ONDES QUI NOUS FONT PEUR
par Jacques  Lintermans D.Sc*

I. Introduction

Il existe une controverse concernant la dangerosité d'une exposition aux champs électromagnétiques (CEM) dont l'émission des ondes s'étend des très basses fréquences à celles des microondes.

Qui n'est pas couramment exposé aux rayonnements des équipements à usage domestique, comme à ceux des antennes et des appareils de la téléphonie mobile? Est-ce nocif pour la santé?

Pour y répondre, il faut s'en référer aux avis des experts, lesquels sont partagés.
Pour les uns, il n'existe aucune maladie pouvant être univoquement attribuée aux effets des CEM. Il en est conclu que les ondes ne sont pas pathogènes.

C'est la position actuelle de l'OMS et des autorités de santé dans la plupart des pays, exception faite de la Suède. Celle-ci reconnait la propriété des ondes à provoquer, non pas une maladie, mais un état de déséquilibre physiologique chez les sujets irradiés.

Chez certains, cet état peut atteindre un niveau d'exacerbation élevé. On les désigne sous le nom d'électrohypersensibles (EHS). Leurs symptômes se rapportant en général à la sphère cérébrale sont suspectés d'être imaginaires. Les EHS ne sont pas médicalement reconnus.

Pour les autres, les ondes sont dangereuses et de nombreuses publications montrent qu'elles provoquent des troubles fonctionnels, tant chez l'homme que chez l'animal.

14 mars 2018

Telephonie mobile : le danger dissimulé

Excellent film allemand de 2015 - en français

TÉLÉPHONIE MOBILE : LE DANGER DISSIMULÉ !
Publié le 1 mars 2018 par Galaxien, inexplique-endebat.com

Telephonie mobile : le danger dissimulé (68 mn. - 10 mai 2015)




Téléphonie mobile : Le danger dissimulé, est un documentaire (1h08) qui met en lumière comment les normes d’émissions trompent les peuples, comment notre santé est menacée de façon dramatique, et comment les dangers sont intentionnellement dissimulés. Antennes relais, 5G pire que tout avec aussi les compteurs EDF/Enedis Linky, Wifi, tous les appareils sans fil ou connectés, Bluetooth, Box, micro-ondes, etc., sont des ondes nuisibles et très dangereuses pour les humains, les animaux, et même la flore...

Téléphonie mobile : Un problème de santé publique

Ce même commentaire a été publié dans le courrier des lecteurs de la Tribune de Genève.  Nous avons remercié les deux conseillers des états du canton de Genève, Mme Liliane Maury-Pasquier et M. Robert Cramer, pour avoir dit "non" à cette motion.

Téléphonie mobile : Un problème de santé publique
Courrier des lecteurs,  24heures, 9 mars 2018

(Choix de l'image par rédactrice "Mieux Prévenir")
Grâce à nos élus, pour une fois, la santé prévaut sur l'économie. Le 5 mars, le Conseil des Etats du parlement suisse a rejeté la motion « Eviter l'effondrement des réseaux de téléphonie mobile et assurer l'avenir numérique du pays" par suite d’un vote de 22 non contre 21 oui et 2 abstentions, et ainsi, pour la deuxième fois, refuse l’augmentation des valeurs limites des antennes de la téléphonie mobile.

Nous remercions les 22 conseillers, y compris Mme Géraldine Savary, qui ont eu la sagesse de dire « non ». Certains des Conseillers ont mentionné que plusieurs centaines de courriers de citoyens électro-hypersensibles ou respectueux de la santé publique, ainsi que des études scientifiques leur sont parvenus de la population.

13 mars 2018

Suisse : Une association pour lutter contre l'obsolescence programmée

Ecoutez cette émission radio de 7 mn, "On en parle", rts, 13 mars 2018 (scroll down page)

Une association pour lutter contre l'obsolescence programmée :

Association NoOPS.ch - "Non à l'obsolescence programmée en Suisse"

Apple a reconnu ralentir volontairement ses anciens
iPhones. [Martial Trezzini - Keystone]
Face aux scandales des appareils programmés pour une durée de vie réduite, une association pour lutter contre l'obsolescence programmée a été créée à Genève. Quels sont les buts et les moyens de cette association?

L'éclairage de Thomas Puttalaz, président de NoOPS.ch, au micro de Didier Bonvin.

Un membre du PDC genevois dépose plainte contre Apple pour escroquerie
rts.ch, 6 janvier 2018

Le Genevois Thomas Putallaz a déposé une plainte auprès du Ministère public de la Confédération (MPC) contre Apple. Le candidat PDC au Grand Conseil genevois accuse d'escroquerie la firme américaine.

France : Marc Arazi obtient les mesures détaillées d’émission énergétique des téléphones

Marc Arazi obtient les mesures détaillées d’émission énergétique des téléphones
94.citoyens.com, 11 mars 2018

Voilà des mois que Marc Arazi, ancien conseiller municipal de Nogent-sur-Marne particulièrement impliqué sur la question de l’émission énergétique des téléphones mobiles attendait ce jour, 

après plusieurs recours à la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs) et au Tribunal administratif de Melun. Ce jeudi 8 mars, l’Agence nationale des fréquence radio (Anfr) de Maisons-Alfort, a annoncé la publication sur son site des rapports intégraux des contrôles réalisés sur 442 téléphones portables testés entre 2012 et 2017.

12 mars 2018

Téléphone portable : "Les industriels ont privilégié la puissance à notre sécurité"

Téléphone portable : "Les industriels ont privilégié la puissance à notre sécurité"
par Benjamin Jeanjeansudradio.fr, 12 mars 2018

Médecin généraliste et lanceur d’alerte du "PhoneGate", le Dr Marc Arazi était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce lundi pour évoquer les dangers liés aux ondes dégagées et relayées par les téléphones portables.

Vers un nouveau scandale sanitaire et industriel ? Depuis de nombreux mois, certains observateurs s’alarment du niveau de dangerosité potentielle des ondes générées par les téléphones portables, à l’heure où ceux-ci sont de plus en plus connectés et sophistiqués. Médecin généraliste et lanceur d’alerte du PhoneGate, Marc Arazi était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce lundi pour réagir notamment à la récente publication par l'Agence nationale des Fréquences (ANFR) de données sur les émissions depuis 2012. Et le médecin a vu ses craintes renforcées.

"Nous savons aujourd’hui grâce à la publication de ces données que nous avons tous été surexposés à des niveaux de seuil allant de trois à quatre fois les normes européennes, quand nous avons notre téléphone au contact du corps (main, tête, poche…). Ce sujet concerne l’ensemble des utilisateurs dans le monde, et si l’on compare nos données avec les normes américaines, on arrive à des niveaux de seuil plus de 10 fois supérieurs aux seuils réglementaires", déclare-t-il avant de regretter l’attitude de l’ANFR dans cette histoire.

9 mars 2018

Suisse : Le virage numérique est menacé

Le virage numérique suisse est menacé
par Anouch Seydtaghia, Le Temps, 9 mars 2018

Le Conseil des Etats a refusé d’assouplir une ordonnance sur le rayonnement émis par les antennes de téléphonie mobile, compromettant le lancement, en 2020, de la 5G. Les opérateurs télécoms sont furieux, mais les milieux de la santé demandent d’être prudents


Il ne s’en est fallu que d’une voix. Par 22 voix contre 21, le Conseil des Etats refusait ce lundi d’assouplir la réglementation sur les antennes de téléphonie mobile. La Suisse conservera ainsi une ordonnance fixant des valeurs de rayonnement non ionisant maximales dix fois plus basses que dans l’Union européenne. Ce vote d’apparence anodine pourrait avoir des conséquences majeures sur la numérisation du pays, avertissent les opérateurs télécoms, pour qui le déploiement de réseaux 5G est désormais compromis. En face, leurs opposants affirment que la santé de la population doit primer.

[Communiqué] Phonegate : une nouvelle victoire dans notre combat pour la transparence face à l’ANFR

[Communiqué] Phonegate : une nouvelle victoire dans notre combat pour la transparence face à l’ANFR
Par Marc Arazi, arazi.fr, 9 mars 2018

L’Agence nationale des fréquences (ANFR), dans un communiqué paru le 8 mars 2018 a annoncé la publication sur son site data.anfr.fr des rapports intégraux des contrôles réalisés sur 442 téléphones portables testés entre 2012 et 2017.

Dans notre combat pour la transparence, c’est une nouvelle victoire contre l’ANFR qui n’a eu de cesse de refuser, en usant de multiples argumentations, de rendre publiques ces données essentielles pour la santé et la sécurité des utilisateurs de téléphones mobiles. Pour le Dr Marc Arazi qui a lancé l’alerte sur ce nouveau scandale sanitaire et industriel : « C’est une victoire d’étape importante mais maintenant les Français et les Européens doivent être informés largement et il faut que les gouvernements prennent les mesures de protection qui s’imposent et en particulier ordonnent le retrait des téléphones mobiles qui dépassent les seuils limites au contact du corps. L’inertie des ministres Nicolas Hulot et Agnès Buzyn n’est plus acceptable« .

8 mars 2018

Suisse : Comment la fille de Maximilian Reimann, conseiller national UDC, lutte contre Swisscom pour sa survie


Des câbles de cuivre rayonnants dans le jardin, Evelyn
Reimann peut à peine supporter dans la maison parternelle
de son père dans le GipfOberfrick argovien.  (Le 7 février
2018). 
Photo: Kilian J. Kessler
Comment la fille de Maximilian Reimann, conseiller national UDC, lutte contre Swisscom pour sa survie 
par Marco Metzler, nzz.ch, 4 mars 2018
(traduction)

Evelyn Reimann souffre de la radiation des câbles en cuivre depuis que Swisscom les utilise pour la transmission d'Internet à haut débit. Aujourd'hui, la famille se défend par des moyens légaux et est prête à passer par toutes les instances.

Je suis torturée", dit Evelyn Reimann à la table de cuisine de la maison unifamiliale de son père, le conseiller national Maximilian Reimann. Cette femme de 38 ans est en mauvaise posture. Selon son médecin de famille, elle souffre d'électrosensibilité. Depuis novembre 2015, elle n'a guère pu rester dans le Gipf-Oberfrick Argovie. Swisscom en est responsable.

4 mars 2018

Suisse : Téléphonie mobile : la guerre des ondes

Dr. Carlos Beat Quinto, membre du comité central de
la FMH
Téléphonie mobile: la guerre des ondes
par Alain Portnermigrosmagazine.ch,
2 mars 2018

Le Parlement va se pencher sur une motion visant à augmenter la puissance des antennes-relais. La Fédération des médecins suisses (FMH) s’y oppose.

Le débat sur les antennes de téléphonie mobile est relancé. Leur puissance pourrait être augmentée en Suisse. C’est en tout cas ce que souhaitent les signataires d’une motion qui sera traitée cette semaine, lors de la session de printemps du Parlement. Motion soutenue par le Conseil fédéral.

Pour les motionnaires (une courte majorité – 7 voix contre 6 – des membres de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil des États), il est en effet urgent de réviser «l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant en vue d’éviter l’effondrement des réseaux de téléphonie mobile et d’assurer l’avenir numérique du pays».

3 mars 2018

Parlement du Canada : Comité permanent de la santé : Procès verbal sur l'exposition aux radiofréquences : 23 avril 2015 : Présentation par Dr Anthony Miller

RE-POSTED (3 mars 2018)

"En tant qu'épidémiologiste, j'ai beaucoup travaillé sur le cancer du sein, et l'une des choses les plus préoccupantes que j'ai découvertes, c'est une série de rapports sur des cas, à commencer par certains rapports de Californie...  En tout, il y a maintenant sept rapports de cas de femmes qui ont contracté un cancer du sein inhabituel exactement là où elles mettaient leur téléphone cellulaire dans leur soutien-gorge. Ce sont des tumeurs inhabituelles. Elles sont multifocales, ce qui signifie qu'elles apparaissent à plusieurs endroits. L'emplacement des tumeurs semble refléter l'endroit où les femmes plaçaient leur téléphone cellulaire. Le rayonnement du téléphone cellulaire semble avoir accru chez ces femmes le risque de contracter un cancer du sein, risque qu'elles couraient présumément déjà. Il s'agit dans tous les cas de femmes relativement jeunes. Ce sont des cas très inhabituels, et ils nous préoccupent beaucoup". : Dr Anthony Miller

Parlement du Canada
Procès verbal sur l'exposition aux radiofréquences : Comité permanent de la santé, 23 avril 2015 (Traduction)

Dr Anthony Miller (professeur émérite, Dalla Lana School of Public Health, University of Toronto, à titre personnel):

Monsieur le président, membres du comité, merci beaucoup de me donner l'occasion de parler de l'examen fait par Santé Canada des données probantes liées au Code de sécurité 6, qui, selon moi, a mené à des conclusions dangereuses.

Je suis médecin épidémiologiste spécialisé en étiologie, en prévention et en dépistage du cancer. J'ai fait des recherches sur le rayonnement ionisant et le cancer, les champs électromagnétiques et d'autres aspects des causes du cancer. J'ai siégé à de nombreux comités chargés d'évaluer la cancérogénicité de diverses expositions, y compris de groupes de travail du Centre international de recherche sur le cancer, qu'on appelle couramment le CIRC, et dont le Canada est membre. J'ai été le premier membre canadien de son conseil scientifique.

Suisse : La ville de Genève désinforme le public au sujet des risques pour la santé du Wi-Fi

Re-POSTED (3 mars 2018) pour montrer l'ignorance de la ville de Genève concernant les effets sur la santé du Wi-Fi.

Cet article sur le site de la ville de Genève, en Suisse, est plein de mensonges.  Il dénie totalement des effets nocifs du Wi-Fi sur la santé !  Ces infos n'ont pas changé - on a trouvé le même texte en 2013. Aujourd'hui il y a très peu d'endroits où une personne électrosensible pourrait  se sentir bien, même dans les parcs.

WiFi et santé
ville-geneve.ch, mise à jour le 11.07.17

La diffusion à large échelle de la technologie WiFi s'accompagne de questions sur les possibles effets du rayonnement électromagnétique sur la santé.

Les points d'accès situés à l'extérieur émettent un signal sur un rayon d'environ 50 mètres. Le périmètre et la qualité d'émission dépendent toutefois de nombreux facteurs, notamment environnementaux.

Les effets sur la santé des radiofréquences de faible intensité émises par le WiFi font l'objet d'un large débat de société, malgré le fait que des hôpitaux universitaires proposent désormais du WiFi à leurs patient-e-s.

1 mars 2018

Ondes et cancer : le public « trumpé »

Ondes et cancer : le public « trumpé »
par André Fauteux, éditeur et rédacteur en chef, Maison du 21e siècle, 28 février 2018

Les micro-ondes pénètrent plus profondément dans le cerveau d'un
enfant, plus mince que celui d'un adulte.  Les doses les plus élevées sont
en rouge et en jaune, les plus faibles en bleu et blanc. 
© Om Gandhi et al.
Une étude animale historique financée et dirigée par une agence du gouvernement américain a reproduit ce que l’épidémiologie observe chez les humains : des rats exposés à de fortes doses de radiofréquences (RF) émises par un cellulaire ont affiché une incidence anormalement élevée de rares formes de cancers du cerveau et des nerfs périphériques.

Mais le gouvernement Trump induit le public en erreur concernant l’impact de cette étude pour les humains, accusent des chercheurs indépendants. (Lire Cell Phone Radiation Unlikely to Cause Cancer – Rare cancer in rats likely not an issue for humans.)

Détails de l’étude