Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

29 juin 2016

Suisse : Ce vote envoie un mauvais signal

Ce vote envoie un mauvais signal 
par Meris Michaels, Courrier, 24 heures, 
28 juin 2016

A propos de « Vers les antennes mobiles plus puissantes » du 17 juin 2016, 24 heures

Le vote au Conseil national sur la modernisation des réseaux de téléphonie mobile était très serré: 96 voix contre 89 et trois abstentions. Il envoie le message que presque la moitié de la population ne veut pas la modernisation qui se traduit par l’augmentation des valeurs limites des antennes de la téléphonie mobile. Inversement, ce vote envoie un mauvais signal au monde qui prend la Suisse pour modèle visant à appliquer le principe de précaution par l’adoption des valeurs limites plus basses que d’autres pays.

La Ministre de la communication, Doris Leuthard, a-t-elle influencé le vote en déclarant que seul le rayonnement à haute fréquence est peut-être cancérigène, et pas celui des installations de la téléphonie mobile? Selon le Dr Robert Baan, chargé du développement de la monographie du CIRC/OMS établissant cette classification, elle est la même pour tous les types des radiofréquences de la gamme électromagnétique : le rayonnement à haute fréquence émis par les antennes, les portables, le Wi-Fi, etc.

20 juin 2016

Présentation de Magda Havas sur les risques des antennes relais, téléphones sans fil DECT, Wi-Fi, four à micro-ondes

Et la Suisse veut augmenter les valeurs limites des antennes relais?

Etudes sur les antennes relais (Cancer, dépression, fatigue, maux de tête, étourdissement, insomnie) - 29 mai 2016 - 7 mn.


Selon Magda Havas spécialiste en bio électromagnétisme à l'université Trent
-à moins de 400 m d'une antenne relais on a 3 à 4 fois plus de risque d'après le cancer

4 juin 2016

Genève : Electrosensibles aux HUG

(MIS A JOUR:  4 juin 2016):  Plus de 1'200 personnes ont regardé la traduction de ce commentaire en anglais, publié sur "Towards Better Health".  Nous avons ajouté aprés cet opinion l'introduction au résumé du rapport de 2011 de l'Office fédéral de l'environnement sur l'électrohypersensibilité.

Electrosensibles aux HUG
"Mieux prendre en charge les personnes en situation de
handicap, c'est aussi devenir plus attentif aux besoins de
tous les patients", estiment le professeur Arnaud Perrier
et Séverine Lalive Raemy.  Image:  Battiston/Tamedia
à propos de "Ils veulent 'promouvoir la bientraitance' " aux HUG
par Meris Michaels, Courrier des lecteurs, Tribune de Genève, 2-3  avril 2016

Si l’on veut « promouvoir la bientraitance » des personnes handicapées aux HUG, il faut aussi créer des lieux sans ondes électromagnétiques (EM) pour prendre en charge les « électrosensibles » (estimés à 5% de la population). Ces personnes, sensibles au rayonnement émis par le Wi-Fi et autres technologies sans fil, ne peuvent pas être soignées aux hôpitaux car ce type de rayonnement baigne les salles de traitement et même les chambres des patients. 

Tout le monde pourrait devenir électrosensible. Dans le magazine publié en janvier par la CSS Assurance, le président des Médecins en faveur de l’environnement, Dr Peter Källin, affirme, « De plus en plus d’éléments suggèrent que la pollution électromagnétique, même inférieure aux valeurs limites, est néfaste pour la santé ». Dr Källin critique le fait que la population soit bien trop peu informée sur la façon d’utiliser les technologies sans fil en réduisant la pollution EM.