Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

28 déc. 2013

Suisse : Electrohypersensibilité - Témoignage

Sosthène Berger, avec son électrosmogmètre dans la main, vit mal le
fait de devoir s'accoutrer de cette façon dès qu'il met un pied hors
chez lui.  Image:  Sandro Campardo
«Je vis un enfer à cause des ondes»
par Cléa Favre, Le Matin,
28 décembre 2013
[Voir le site de Sosthène Berger :
www.gigasmog.ch]

TÉMOIGNAGE - Alors que la France est sur le point de créer une zone blanche pour les protéger, les personnes électrosensibles vivant en Suisse restent souvent considérées comme des fous.

Sosthène Berger, 49 ans, reçoit «Le Matin» au fond de son jardin à La Neuveville (BE). Là où il a égrainé les jours entre avril et octobre 2011, n’accédant à sa maison que pour se doucher et dormir. C’est cette année-là que l’ingénieur a découvert qu’il était «électrosensible». Tout à coup, wi-fi, téléphones portables, tablettes et même aspirateur, perceuse ou machine à coudre ont fait de son existence un enfer. Depuis, il vit dans un chantier permanent afin de se prémunir au mieux des ondes électromagnétiques.

18 déc. 2013

Suisse : Gland : La Municipalité refuse d'octroyer un permis de construire une nouvelle station de communication mobile

La Municipalité refuse d'octroyer un permis de construire à Swisscom.
par Antoine Guenot, La Côte, 3 décembre 2013

" La Municipalité a décidé de refuser le permis de construire d'une nouvelle station de communication mobile pour le compte de Swisscom SA. " C'est écrit noir sur blanc, dans une lettre adressée hier matin aux habitants du chemin du Vernay. Cette lettre, cela faisait six mois que le quartier l'attendait.  Au mois de mai, l'opérateur helvétique avait rendu publique son intention d'y installer sur un terrain privé une antenne de téléphonie mobile pour optimiser sa couverture réseau. Mais, rapidement, près de 240 oppositions avaient été déposées à la Commune. Mi-septembre, face à cette levée de boucliers, le géant bleu décidait d'organiser une séance d'information pour tenter de désamorcer les tensions. En vain.

8 déc. 2013

Lettre au CEO de Swisscom concernant les cours médias pour parents et enseignants

Lettre adressée le 25 novembre 2013 par l'ARA (Association romande alerte aux ondes électromagnétiques - www.alerte.ch) au CEO de Swisscom, Monsieur Urs Schaeppi, concernant les cours médias pour les parents et les enseignants.  On attend une réponse.

Monsieur,

Nous avons pris connaissance du fait que Swisscom organise des cours médias pour les parents et les enseignants concernant les dangers de l'internet, surtout ceux présentés par les réseaux sociaux.

Selon le descriptif du contenu de ces cours, vous mettez l'accent sur les dangers tels que le cyberharcèlement et autres atteintes à la personnalité, ce qui est très louable. Cependant, les parents et enseignants devraient être avertis des autres dangers liés à une utilisation abusive des appareils sans fil, tels que le téléphone mobile et les tablettes par les enfants.

7 déc. 2013

Pour la Swiss-Re, les mobiles représentent des risques élevés

Pour la Swiss-Re, les mobiles représentent des risques élevés
www.alerte.ch, 6 décembre 2013

Le réassureur Swiss-Re craint que, une fois les effets sur la santé de la téléphonie mobile reconnus, l'assurance responsabilité subisse de grosses pertes générées par un nombre croissant de demandes d'indemnisation. Suivant les conseils de Swiss-Re, les assureurs qui couvrent encore les risques liés à l'électrosmog sous leur assurance de responsabilité civile sont rares. Les communes qui approuvent à tour de bras de nouvelles implantations d'antennes ne réalisent pas qu'elles s'exposent à un vide juridique insidieux concernant leur propre responsabilité en cas de litige.

L'information suivante a été tirée d'un communiqué de presse du 25 novembre 2013 de Diagnose Funk (en allemand)

6 déc. 2013

La grande escroquerie du Téléthon

La grande escroquerie du Téléthon : Le professeur Testard dénonce une "mystification"
par Olivier Bonnet, alterinfo.net, 5 décembre 2008

"C’est scandaleux. Le Téléthon rapporte chaque année autant que le budget de fonctionnement de l’Inserm tout entier. Les gens croient qu’ils donnent de l’argent pour soigner. Or la thérapie génique n’est pas efficace. Si les gens savaient que leur argent va d’abord servir à financer des publications scientifiques, voire la prise de brevets par quelques entreprises, puis à éliminer des embryons présentant certains gènes déficients, ils changeraient d’avis. Le professeur Marc Peschanski, l’un des artisans de cette thérapie génique, a déclaré qu’on fait fausse route. On progresse dans le diagnostic, mais pas pour guérir. De plus, si on progresse techniquement, on ne comprend pas mieux la complexité du vivant. Faute de pouvoir guérir les vraies maladies, on va chercher à les découvrir en amont, avant qu’elles ne se manifestent. Cela permettra une mainmise absolue sur l’homme, sur une certaine définition de l’homme" :Jacques Testard, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), spécialiste en biologie de la reproduction, "père scientifique" du premier bébé éprouvette français, et auteur de plusieurs essais témoignant de son engagement pour "une science contenue dans les limites de la dignité humaine", dans une interview accordée à Médecines-Douces.com.

1 déc. 2013

Suisse : Une école vaudoise mise sur la tablette

Leçon de géométrie dans une classe de niveau primaire au
collège de Champittet.  (Image : Philippe Maeder)
Bientôt 100'000 iPad pour les élèves du canton Vaud ?

Une école vaudoise mise sur la tablette
par Lise Bourgeois, 24 heures,
28 novembre 2013

Le collège privé de Champittet prend le tournant du numérique. Depuis la rentrée, 689 iPad ont été distribués. Un phénomène en développement

A 8 heures, dans le parking de Champittet, les parents affluent. Les grandes voitures rutilantes achèvent de planter le décor d’une école internationale pour familles aux budgets confortables.

Dans son cartable, Mathilde, 7 ans, a son iPad, fourni par l’école depuis cette rentrée. Elle a pour consigne d’en prendre soin, de le charger avant le cours et de ne pas jouer avec dans les murs de l’établissement. Déjà bien habituée, la petite écolière bilingue français anglais l’utilise en classe pour apprendre à épeler les mots. Elle aime ça et dit préférer tapoter sur sa tablette plutôt que de prendre le crayon, comme le lui impose encore son école.

Nouvelles de Genève : Gérer les écrans des enfants, un défi quotidien

Conférence sur les écrans : aucune mention des effets de
l'exposition aux ondes électromagnétiques ? Cette photo
incite un comportement à risque : l'usage d'un laptop
sur les genoux !
Gérer les écrans des enfants, un défi quotidien
par Sophie Roselli, Tribune de Genève, 26 novembre 2013

Une série de conférences vise à répondre aux soucis des parents, dépassés par les e-activités de leur progéniture.

Comment faire pour limiter l’accès aux écrans à son enfant? Comment lui apprendre l’autorégulation? Jusqu’où négocier? Deux heures et demie n’ont pas été suffisantes, la semaine passée, pour répondre aux multiples questions d’une quarantaine de parents, réunis au Petit-Lancy pour la première soirée organisée sur la thématique des écrans. Ordinateur, smartphone, tablette et toutes les activités qui vont avec bousculent la vie familiale. Dépassés, les adultes cherchent de nouveaux codes de conduite.