Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

29 juin 2017

Le scandale "PhoneGate": 9 sur 10 téléphones mobiles dépassent les normes légales


D'après Le Monde:  Soupçons sur les ondes des
téléphones portables
Le scandale "PhoneGate": 9 sur 10 téléphones mobiles dépassent les normes légales
www.alerte.ch, 29 juin 2017

Après le "DieselGate" dénonçant des moteurs diesel truqués pour tromper les normes de pollution, le monde découvre un autre scandale menaçant la santé publique: le "PhoneGate". Ce dernier nous apprend que presque tous les téléphones mobiles commercialisés aujourd'hui rayonnent de manière illégale, sous condition d'utilisation normale. Information tirée d'articles publiés par le blog du médecin français Marc Arazi et le Environmental Health Trust (USA).

28 juin 2017

Risques aux bébés de l'exposition au rayonnement des technologies sans fil

N'utilisez jamais un téléphone portable
près de la tête d'un bébé !
Nous avons envoyé aujourd'hui, le 28 juin 2017 ce message à Mme Jacqueline Delieutraz-Marchand, sage-femme responsable de l’équipe aux HUG, et à la Fédération suisse des sages femmes.  Les informations proviennent d'articles publiés récemment sur ce sujet.

Risques aux bébés de l'exposition au rayonnement des technologies sans fil


Madame,

Nous avons lu l’article « Quand le smartphone fait de l’ombre au bébe » publié par la Tribune de Genève le 15 juin 2017 avec beaucoup d’intérêt.

Nous encourageons les sages-femmes de sensibiliser les jeunes parents aux risques de l’exposition de leurs bébés au rayonnement des technologies sans fil (téléphones portables, tablettes, babyphones, Wi-Fi, jouets connectés…) pas seulement pendant le séjour de la mère et du nouveau-né à l’hôpital mais aussi après – chez eux. Ce rayonnement a été classé en 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer « possiblement cancérigène » pour l’homme. Cette sensibilisation peut se passer à la maternité pendant le séjour de la mère et du nouveau-né et en forme d’une brochure sur les risques pendant la grossesse de la mère et après la naissance de l’enfant. Elle peut inclure les mesures de précaution à prendre pour réduire l’exposition des bébés et des jeunes enfants au rayonnement.

Voici quelques informations et recommandations :

1. Pollution électromagnétiques, les enfants en première ligne

26 juin 2017

Belgique : Proposition de résolution relative à la reconnaissance de l’electrohypersensibilité déposée au Sénat de Belgique

Proposition de résolution relative à la reconnaissance de l’electrohypersensibilité (Déposée par M. Philippe Mahoux et consorts) au Sénat de Belgique (néerlandais et français)

2016-2017 session
24 mai 2017

Voir le texte intégral ici.

Développement

- Apparition d’un syndrome inexpliqué
- La communauté scientifique de plus en plus concernée
- Au niveau européen
- Situation en Belgique

PROPOSITION DE RESOLUTION

Le Sénat,

A. vu l’appel médical de Fribourg publié le 9 octobre 2002 demandant, entre autres, une réduction des valeurs limites d’exposition et de la densité de puissance des micro-ondes émises par les installations de téléphonie mobile et les appareils sans fil ;

DAS : Vers la fin de l’illusion ?

DAS : Vers la fin de l’illusion ?
electrosensible.info, 26 juin 2017

Dans le domaine des radiofréquences, plus précisément dans le secteur de la téléphonie mobile, on assiste à un paradoxe, d’un côté, la transparence de la technologie du fait de son essence même et de l’autre, une forme d’obscurantisme dès que l’on s’intéresse un tant soit peu à l’encadrement de son utilisation.

Le débit d’absorption spécifique (D.A.S.) est l’indice exprimé en Watts par kilogramme qui permet, en théorie, de connaître l’exposition engendrée par l’utilisation de son téléphone portable. Dans la réalité, c’est la norme NF-EN-50566 de mai 2013 qui encadre cette mesure. Dans celle-ci, on retrouve une limite qui est de 2 W/Kg (corps et tête) afin d’éviter le seul effet des radiofréquences qui fait consensus du point de vue scientifique, l’effet thermique.

Mais curieusement, une disposition dans ces normes permettait d’effectuer les mesures avec une distance de tolérance, jusqu’à 25 mm. Quand on sait que l’exposition est inversement proportionnelle au carré de la distance de la source, pour faire court, plus vous éloignez le téléphone de votre corps, plus votre exposition diminue drastiquement et dans le cadre du modèle de mesure, plus le DAS devient faible.

Continuer à lire :
https://electrosensible.info/2017/06/25/das-vers-la-fin-de-lillusion/

22 juin 2017

France : [Communiqué de presse] Phonegate* : Demande d’intervention à Agnès Buzyn et Nicolas Hulot face à ce scandale sanitaire et industriel

[Communiqué de presse] Phonegate* : Demande d’intervention à Agnès Buzyn et Nicolas Hulot face à ce scandale sanitaire et industriel
par Marc Arazi, arazi.fr, 22 juin 2017

La longue séquence électorale a pris fin dimanche dernier et Madame Buzyn et Monsieur Hulot viennent d’être confirmés tous deux dans leurs responsabilités ministérielles respectives. Il était donc temps de leur écrire officiellement pour les informer de ce scandale sanitaire et industriel concernant tous les téléphones portables vendus tant en France qu’en Europe depuis 1999 et leur demander d’agir.

Lire le courrier aux ministres

21 juin 2017

Smartphones à haut risque

Smartphones à haut risque
par Amine Meslem, 01net.com, 21 juin 2017

Mauvaises ondes.  

Vous avez un Nokia Lumia 530, un Huawei Honor 4x ou un Wiko Highway Pure?  Un conseil, ne les gardez pas trop près de votre poitrine,  Ces mobiles, ainsi qu'une quarantaine d'autres, commercialisés entre 2012 et 2016, peuvent rayonner de manière important lorsqu'ils sont placés sur le thorax.  Au point qu'ils pourraient être interdits à la vente s'ils étaient mis sur le marché aujourd'hui...



19 juin 2017

Téléphone portable : loin du cerveau, c'est mieux

Un groupe d'adolescents avec leur téléphone portable, à
Thonville (Moselle), le 8 février 2017.  (MAXPPP)
"Il faut choisir les téléphones qui affichent le débit d’absorption spécifique, ou DAS, le plus bas. Plusieurs modèles seraient au-dessus des seuils fixés par les nouvelles normes européennes."

Question de choix. Téléphone portable : loin du cerveau, c'est mieux
par Fabienne Chauvière, franceinfo Radio France, 18 juin 2017

Les téléphones portables sont-ils sans danger ? Pas sûr. Des cellules cultivées en laboratoire en présence d’ondes électromagnétiques montrent des réactions inquiétantes.

Téléphones portables, tablettes, technologies sans fil, wi-Fi, génèrent des ondes électromagnétiques dans lesquelles nous baignons. Des cellules cultivées en laboratoire en présence d’ondes électromagnétiques montrent des réactions inquiétantes.

16 juin 2017

Suisse : La réalité virtuelle en classe : Lettre au Directeur d'une école privée

Photo d'illustration
A ce jour (16 juin 2017), aucune réponse à notre lettre au Directeur de l'Ecole (privée) Ardévaz sur l'introduction de la réalité virtuelle en classe.  

M. Alexandre Moulin
Directeur, Ecole Ardévaz
Rue des Amandiers 10,
CH-1950 Sion

Genève, le 18 mai 2017

Monsieur,

L’article paru dans « Le Matin » du 13 mai 2017 : « La réalité virtuelle au service des élèves » à l’Ecole d’Ardévaz a retenu toute notre attention.

On parle beaucoup des nouvelles technologies comme de la réalité virtuelle (VR), mais très peu des dangers de l’exposition à ces nouveaux écrans, surtout pour la santé des jeunes personnes. L’introduction de cette technologie dans l’école est une évolution inquiétante qui peut mettre en danger la santé des jeunes personnes - lesquelles sont plus vulnérables que les adultes – face aux risques des rayonnements et des radiofréquences émis par de tels équipements.

En 2011, le Centre International de Recherche sur le Cancer a classé les rayonnements électromagnétiques de radiofréquences émis par les technologies sans fil comme le Wi-Fi, les téléphones mobiles, les casques VR comme étant « peut-être cancérogènes pour l’homme ».

15 juin 2017

Téléphones portables : “Il y a tromperie sur les informations affichées”

Dans l'article original, en un clic, vous pouvez découvrir les 20 téléphones portables les plus dangereux.

Téléphones portables : “Il y a tromperie sur les informations affichées”
par Antoine Sillièreslelanceur.fr, 14 juin 2017

Près d’un an après le premier recours administratif du lanceur d’alerte Marc Arazi, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a enfin publié les mesures effectuées sur 379 modèles de téléphones portables. Si elle insiste sur la conformité vis-à-vis des normes européennes, certains modèles de constructeurs phares dépassent allègrement les plafonds lorsqu’ils sont testés en conditions réelles d’utilisation.

La décision surprendra ceux qui ont suivi l’affaire. Alors que les différents recours de Marc Arazi, ex-coordinateur national de l’association Priartem, avaient échoué, l’ANFR a finalement décidé de publier les mesures effectuées par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Des mesures relatives aux ondes émises par les téléphones portables.

13 juin 2017

Quand le smartphone fait de l’ombre au bébé

[Notre commentaire, publié dans le "Courrier" de la Tribune de Genève, le 15 juin : 

"Nous remercions la Tribune de Genève pour son article sur l’utilisation des smartphones dans les salles d’accouchement. En raison de leurs petites têtes, les bébés et les jeunes enfants sont plus vulnérables au rayonnement qui pénètre plus profondément dans leur cerveau. Les téléphones portables ainsi que d'autres technologies sans fil - Wi-Fi, tablettes - devraient être exclus des services de maternité et de pédiatrie des hôpitaux.

"Trop souvent, on voit des jeunes mères dans les rues et sur les transports publics utilisant leurs téléphones portables trop près de la tête de leur bébé. Nous avons la responsabilité de protéger les bébés et les jeunes enfants, qui n’ont vraiment pas leur mot à dire s’ils souhaitent ou non être exposés à des rayonnements en raison du comportement égocentrique de leurs parents."

Quand le smartphone fait de l’ombre au bébé
par Céline Garcin, Tribune de Genève, 13 juin 2017

Accouchement : De plus en plus de parents mitraillent leur enfant avant même de le porter. Les professionnels réfléchissent à des mesures.

Le constat est unanime parmi les professionnels de la santé: de plus en plus de parents font un usage abusif de leur smartphone dans les maternités, altérant ainsi les premiers contacts avec leur bébé. A tel point qu’un hôpital alémanique impose désormais des siestes mères-enfants sans écran, rapportait récemment le Tages-Anzeiger. A Genève, aucune mesure de ce type n’a été prise à ce jour. Mais beaucoup de sages-femmes et de spécialistes de l’enfance sont conscients du problème et seraient favorables à davantage de sensibilisation.

12 juin 2017

Portables : L'embrouille des ondes électromagnétiques

Portables : L'embrouille des ondes électromagnétiques
par Anne-Corinne Zimmer, L'Humanité Dimanche, 8 au 14 juin 2017



Téléphone portable : des résultats rassurants qui ne rassurent pas tout le monde

Téléphone portable : des résultats rassurants qui ne rassurent pas tout le monde
par Aurélie Haroche, jim.fr, 7 juin 2017

Paris, le mercredi 7 juin 2017 – Les inquiétudes sur les dangers potentiels sur la santé de l’utilisation des téléphones portables ont perdu de leur vigueur ces dernières années, remplacées par d’autres craintes également attisées par l’invisibilité des menaces et la peur des progrès techniques. Cependant, les publications concernant les mobiles demeurent toujours l’objet d’une attention assez soutenue. Le dernier rapport de l’Agence nationale des radiofréquences (ANFR) ne fait pas exception.

Des mesures réalisées régulièrement mais non publiées

9 juin 2017

Canada : Pédiatres et optométristes unis contre l'abus d'écrans

Les optométristes indiquent que l'usage prolongé des
appareils électroniques à courte distance de vision, comme
les tablettes et les cellulaires, favorise le développement
de la myopie en bas âge.  
Archives La Presse canadienne
Stephen Savoia
Les pédiatres rappellent qu'aucune étude n'a prouvé que les écrans pouvaient aider les tout-petits à apprendre. Ce sont plutôt les contacts avec leurs pairs ou avec les adultes qui favorisent leur apprentissage et leur bon développement.

Pédiatres et optométristes unis contre l'abus d'écrans
par Patricia Cloutier, Le Soleil, 7 juin 2017

(Québec) Afin de protéger les jeunes enfants d'une surdose d'écrans, l'Ordre des optométristes du Québec (OOQ) applaudit les nouvelles recommandations de la Société canadienne de pédiatrie (SCP).

Les optométristes indiquent que l'usage prolongé des appareils électroniques à courte distance de vision, comme les tablettes et les cellulaires, favorise le développement de la myopie en bas âge. Pour prévenir l'apparition de la myopie, ils conseillent aux enfants de passer un minimum de 45 minutes par jour à l'extérieur de la maison. C'est ainsi qu'ils pourront bien développer leur vision au loin.

Médecine : les objets connectés sont inutiles

Médecine : les objets connectés sont inutiles
par Dr Jean Gabriel Jeannot,
blogs.letemps.ch, 8 juin 2017

Pouvez-vous améliorer votre santé en utilisant un objet connecté, un capteur d’activité par exemple ? Si l’on regarde ce qui s’écrit sur le web et ce qui se like et se retweete sur les médias sociaux, la réponse ne fait aucun doute, les objets connectés ont déjà révolutionné la médecine. Si l’on recherche les preuves scientifiques confirmant cette hypothèse, c’est moins évident.

Les objets connectés dont on parle mais qui n’existent pas

Le dernier exemple en date est le soutien-gorge connecté qui détecte les cancers du sein. Une information diffusée largement par un très grand nombre de médias. Il est vrai que l’histoire est touchante : l’inventeur est un jeune mexicain de 18 ans dont la mère a souffert d’un cancer du sein. L’image de ce soutien-gorge rose diffusée partout n’est qu’une image de synthèse, ce projet n’est qu’un concept qui a (malheureusement) de grandes chances de ne jamais voir le jour.

Les objets connectés, commerciaux ou médicaux ?

8 juin 2017

Téléphones: banc d’essai ou banc de touche?

De nouvelles normes depuis 2016
Téléphones: banc d’essai ou banc de touche?
par Romain Loury, journaldelenvironnement.net, 7 juin 2017

Mardi 1er juin, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a publié des résultats de mesure du DAS (débit d’absorption spécifique) de 379 téléphones portables. Constat: plusieurs modèles s’avèrent au-dessus des seuils fixés pour les nouvelles normes européennes, du moins pour le «DAS tronc». Feront-ils l’objet d’un rappel?

Pour Marc Arazi, c’est une victoire, mais «ce n’est que le début de l’histoire». «Satisfait de voir qu’on peut faire bouger les choses», le lanceur d’alerte, médecin et ancien coordinateur national de l’association Priartém, avait demandé à l’ANFR de lui transmettre ces données, dévoilées (sans mention des marques testées) dans un rapport de l’Anses[i] de juillet 2016. Faute de réponse positive, et après avoir fait appel à la commission d’accès aux documents administratifs (Cada), il avait saisi la justice.

Le tribunal administratif de Melun l’a débouté, en avril dernier. Un mois et demi plus tard, l’ANFR vient pourtant de publier les données demandées, portant sur 379 téléphones. Mieux, elle s’engage à rendre publiques l’ensemble des mesures qu’elle effectue sur des téléphones portables, prélevés en magasin, tous les six mois.

5 juin 2017

DAS : ces smartphones de 2016 qui ne pourraient plus sortir aujourd'hui

DAS : ces smartphones de 2016 qui ne pourraient plus sortir aujourd'hui
par Amélie Charnay, 01net.com, 2 juin 2017

Une mesure plus sévère du rayonnement électro-magnétique des téléphones est entrée en application. Elle disqualifie certains smartphones antérieurs... qui sont toujours sur le marché.

C’est une première. L’Agence Nationale des Fréquences publie l’intégralité des mesures de DAS (Débit d’absorption spécifique) qu’elle a réalisée sur une partie des nouveaux téléphones portables qui sortent chaque année en France. Le DAS correspond à la valeur maximale de l’énergie électromagnétique émise par les appareils et absorbée par notre corps. Elle est exprimée en watt par kilogramme (W/kg). Si tous les appareils ont été jugés conformes, certains apparaissent aujourd’hui moins bons élèves que d’autres. Car durant toutes ces années, l’ANFR a réalisé un test expérimental plus sévère dit « DAS tronc », au contact du direct du tronc. Depuis, la Commission européenne a fait évoluer la réglementation et introduit une norme officielle le 25 avril 2016 : le « DAS tronc », à 5 mm de distance et devant obligatoirement être inférieur à 2 W/kg.

France : ANFR : les ondes électromagnétiques ne nuisent pas à la tête mais le tronc mérite notre attention

"L’encadrement législatif de l’indice DAS, au niveau du tronc, s’imposait suite aux conclusions très inquiétantes de l’ANFR."

ANFR : les ondes électromagnétiques ne nuisent pas à la tête mais le tronc mérite notre attention
par Eric Françonnetsixactualites.fr
4 juin 2017

Les ondes électromagnétiques émanant des téléphones portables, ces très chers compagnons numériques, étant désormais à la fois incontournables et à la fois transgénérationnels, seraient-elles dangereuses ? Les voix sont discordantes concernant cette interrogation légitime pour notre santé au quotidien. L’OMS (Organisation mondiale de la santé), institution tout à fait crédible, a fixé un seuil au-delà duquel notre tête, ne devrait pas être exposé : ne surtout pas dépasser les 2 W / kg. Ce plafond, adopté par notre réglementations française et également celle européenne, prévaut comme valeur à ne pas dépasser, pour espérer une mise en vente autorisée d’un nouvel appareil. Nous parlons d’indice DAS ou encore débit d’absorption numérique : c’est le terme sur lequel repose le réchauffement des tissus.

Les fabricants jouent le jeu gagnant pour leur image et pour notre santé d’un respect de l’indice DAS au niveau de la tête

3 juin 2017

« La surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique »

Des enfants utilisent des tablettes à l'école, à Haguenau
(Bas-Rhin) en 2013.  Frederick Florin / AFP
« La surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique »
Par Collectif, Le Monde, 31 mai 2017

Dans une tribune au « Monde », des médecins et professionnels alertent sur les graves troubles du comportement et de l’attention qu’ils observent de plus en plus chez les petits.

TRIBUNE. Nous, professionnels de la santé et de la petite enfance, souhaitons alerter l’opinion publique des graves effets d’une exposition massive et précoce des bébés et des jeunes enfants à tous types d’écrans : smartphone, tablette, ordinateur, console, télévision.

Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à 3 ans, ne nous regardent pas quand on s’adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs. La gravité de ces troubles nous conduit à réinterroger les éléments déjà exposés dans des articles précédents.

France : Mesure de DAS : publication des résultats pour 379 téléphones portables

MESURE DE DAS : PUBLICATION DES RÉSULTATS POUR 379 TÉLÉPHONES PORTABLES
Agence nationale des fréquences, anfr.fr,
1 juin 2017

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, l’ANFR réalise des vérifications sur les téléphones portables mis sur le marché français et s’assure de la conformité de ces appareils à la réglementation. Elle procède à des prélèvements inopinés d’appareils sur les lieux de vente. Ces téléphones font ensuite l’objet de mesures de contrôle par des laboratoires accrédités, qui permettent à l’ANFR de s’assurer que les DAS (débit d'absorption spécifique) sont conformes à la réglementation européenne.

Dans un souci de meilleure information du consommateur, l’ANFR publie en open data les résultats des mesures qu’elle a réalisées entre 2012 et 2016 sur 379 téléphones portables. Deux types de vérifications ont été effectués pour évaluer la conformité des appareils :

[Communiqué] Phonegate* : une première victoire avec la publication par l’ANFR des DAS

[Communiqué] Phonegate* : une première victoire avec la publication par l’ANFR des DAS
Par Marc Arazi, Publié : 1 juin 2017 
sur le blog de Marc Arazi

Contre toute attente, et en rupture totale avec ses positions publiques précédentes, l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) a enfin décidé de publier les mesures de Débit d’absorption spécifiques (DAS) réalisées pour contrôler la conformité de la mise sur le marché des téléphones portables. C’est une première victoire pour notre action vers plus de transparence dans ce scandale sanitaire et industriel qui fait écho au Dieselgate.

Alerte aux smartphones en salle d'accouchement

L'attention des parents dès les premières de la naissance
est cruciale pour le bébé.  Image:  Keystone
Alerte aux smartphones en salle d'accouchement
par Christine Talos, nxp/Tribune de Genève,
1 juin 2017 

Naissance : Les spécialistes mettent en garde les parents qui photographient à tout va leur nouveau-né avant même sa naissance parfois.

L'attention des parents dès les premières de la naissance est cruciale pour le bébé. Image: Keystone

C'est un phénomène qui va en s'amplifiant dans les salles d'accouchement, que ce soit en Suisse ou ailleurs. De plus en plus de parents n'hésitent pas à mitrailler ce moment particulier qu'est la naissance. Alors que Madame pousse pour mettre au monde bébé, le papa filme l'instant sous toutes les coutures, gênant bien souvent le personnel médical dans son travail et oubliant parfois de soutenir correctement la maman.

Du coup, gynécologues et obstétriciens commencent à s'inquiéter, rapporte le Tages-Anzeiger jeudi. En Suisse, la clinique des femmes du Triemlispital de Zurich tire la sonnette d'alarme. «Le problème nous concerne tous les jours et suscite de vives discussions», indique ainsi Gabriella Stocker, l'une des responsables. Souvent, les parents photographient le bébé avant même de l'avoir regardé, déplore-t-elle.