Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

31 mai 2016

Le portable est cancérigène selon une étude fédérale américaine

"Selon Etienne Cendrier porte-parole de Robin des Toits : 'Il va être difficile de réfuter une étude fédérale officielle. J'appelle les autorités sanitaires françaises à informer le public sans ambiguïté et plus sérieusement qu'elles ne l'ont fait jusqu'ici, sur les risques que nous encourons tous : le risque d'apparition de tumeur cérébrale, du nerf auditif ou des glandes salivaires est jusqu’à cinq fois plus élevé chez les gens qui utilisent le portable avant l’âge de 20 ans'."


Le portable est cancérigène selon une étude fédérale américaine.
Robin des toits, 30 mai 2016

http://biorxiv.org/content/early/2016/05/26/055699

http://ntp.niehs.nih.gov/

Encore non publiée, cette étude, la plus ambitieuse jamais entreprise par Le Programme National de Toxicologie Américain (PNT), devrait convaincre tous les sceptiques. Elle a coûté 25 millions de dollars et duré plus de dix ans. Le PNT devrait annoncer sous peu qu’elle a démontré que les rats exposés au rayonnement de portables ont développé les mêmes types de tumeurs dont sont atteints les gros utilisateurs à long terme.

30 mai 2016

Suisse : Employés stressés ? Les patrons s’en fichent

«Les patrons individualisent ces problématiques. Il y a cette idée que si quelqu’un souffre de stress, c’est de sa faute; il n’est pas assez «solide». Les entreprises n’ont pas compris que l’organisation joue un rôle important contre les maladies liées au stress.»

Employés stressés ? Les patrons s’en fichent
par Marie Nicollier, Tribune de Genève, 
30 mai 2016

La Suisse est un mauvais élève européen en gestion des risques professionnels

«C’est honteux.» Spécialiste de la médecine du travail à l’Institut universitaire romand de santé au travail (IST), basé à Lausanne, la professeure Brigitta Danuser connaît le désintérêt des patrons suisses pour ces questions.

Et les résultats de la seconde enquête de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (ESENER-2), publiés fin mars, montrent que la riche Helvétie n’a pas rattrapé son retard. Elle pointe à la 34e place, sur 36 pays sondés, en matière d’évaluation régulière des risques physiques et psychologiques. «Il y a une vraie négligence, regrette la professeure Danuser. Presque tous les pays européens, même avec des taux de chômage plus élevés, font un effort plus important.»

29 mai 2016

Où et comment vivre ? Enquête sur des habitats adaptés pour les électro-hypersensibles

Une route, un hiver, en revenant d'un séjour chez des
personnes électro-hypersensibles
L'auteur mène depuis trois ans une enquête sociologique dans le cadre de l’EHESS (https://www.ehess.fr/). En septembre, il rendra un mémoire sur l'électro-hypersensibilité, analysant les mécanismes d'exclusion et de réintégration sociale qui sont propres à ce syndrome.

L’année prochaine, en Master 2 de sociologie de la santé, il travaillera sur le diagnostic médicosocial et l’élaboration de politiques de santé...


Où et comment vivre ?
par Alexandre Pieroni, fr.ulule, mai 2016

Enquête sur des habitats adaptés pour les électro-hypersensibles

Où vivre, et comment, quand vous ne pouvez pas dormir à côté d’une box wifi et que les téléphones portables vous provoquent des malaises ? Comment, dans ce cas, vous adapter à une société aussi "connectée" que la nôtre ?

Cette enquête, dans laquelle je souhaite vous impliquer, se penche sur ces questions vitales en s’intéressant à des expériences d’habitat adapté pour les personnes électro-hypersensibles. Réalisées ou en projet, ces expériences doivent être étudiées pour mieux comprendre et traiter ce problème sanitaire qui est un facteur d’exclusion sociale.

L'électro-hypersensibilité est un syndrome environnemental qui peut entraîner des difficultés d'adaptation à la vie quotidienne, notamment par rapport à l'habitat : obligation d'aménager son logement, voire de déménager, incertitude quant aux conditions et au lieu de vie, et parfois même errance, désocialisation et finalement isolement.

26 mai 2016

Le cellulaire cause les mêmes tumeurs chez les rats que chez les humains, selon une nouvelle étude fédérale américaine

Le cellulaire cause les mêmes tumeurs chez les rats que chez les humains, selon une nouvelle étude fédérale américaine
par André Fauteux, Editeur et Rédacteur en chef, maisonsaine.ca, 26 mai 2016

Adapté de Microwave News)

(Photo:)  Le risque de tumeur cérébrale, du nerf auditif ou des glandes salivaires est jusqu’à cinq fois plus élevé chez les gens qui adoptent le cellulaire avant l’âge de 20 ans.

Le gouvernement Obama jongle avec une patate très chaude cette semaine. C’est qu’une étude de son Programme national de toxicologie (NTP) aurait révélé que les radiations du téléphone cellulaire augmentent le taux du cancer du cerveau chez les rats. Ses auteurs auraient recommandé que Washington en informe le public car les risques s’appliquent aussi aux humains, selon une source proche du dossier qui s’est confiée à Microwave News (MWN), publication new-yorkaise réputée pour sa crédibilité auprès des grands médias.

Encore non publiée, cette étude, la plus ambitieuse jamais entreprise par le NTP, contredirait tous les sceptiques. Elle a coûté 25 millions de dollars et duré plus de dix ans. Le NTP devrait annoncer sous peu qu’elle a démontré que les rats exposés aux radiations du cellulaire ont développé les mêmes types de tumeurs dont sont atteints les gros utilisateurs du cellulaire à long terme.

Tous les usagers seraient à risque

23 mai 2016

Tumeur et portable : Une nouvelle étude contradictoire ?

Tumeur et portable : Une nouvelle étude contradictoire ?
jay / electrosensible.info, 23 mai 2016

Décidément, la question des ondes électromagnétiques de la bande des radiofréquences et de leurs effets possibles sur la santé n’en finit pas de faire couler de l’encre. Pour l’instant, la littérature scientifique est assez contradictoire sur le sujet des tumeurs au cerveau lié à une exposition au téléphone portable, plusieurs études démontrent une augmentation des tumeurs pour les utilisateurs intensifs, la dernière en date, l’étude CERENAT démontrait un risque accru de méningiome après plus d’une demi-heure d’exposition par exemple. En contre-partie, d’autres études, soit ne démontrent pas d’augmentation notable depuis l’arrivée de la téléphonie mobile, ou soit ne montrent tout simplement pas de lien statistique entre l’utilisation du portable et de ces types de tumeurs.

22 mai 2016

Vandana Shiva : « Ils ont transformé l’agriculture en guerre chimique »

Vandana Shiva : « Ils ont transformé l’agriculture en guerre chimique »
par La Relève et La Peste, 20 mai 2016

Alors que la Marche Mondiale contre Monsanto se déroulera ce samedi 21 mai, une de leur plus grande opposante, Vandana Shiva, nous livre ses réflexions sur l’agriculture chimique et le culte de la rentabilité. Retour sur le portrait d’une femme aussi exceptionnelle qu’engagée.

L’engagement sans faille d’une indienne cultivée

Vandana Shiva est une Indienne qui a eu de la chance. Contrairement à beaucoup de petites filles de son pays, elle a pu avoir accès à une haute éducation, sa famille appartenant à une des castes supérieures du système inégalitaire qui régit encore l’Inde de nos jours. Et c’est sans doute sa formation qui lui a permis d’être ce qu’elle est aujourd’hui : dans sa jeunesse, elle étudie d’abord la physique-chimie, avant de se lancer dans des études de philosophie, dont elle est diplômée d’un doctorat en 1978, pour finalement se spécialiser dans les politiques environnementales. Lier sciences et questions morales, c’est bien là tout l’engagement de Vandana Shiva.

Agir pour son pays mais aussi pour la planète

20 mai 2016

Journal d’une électrosensible : notre résistance immunitaire diminue – serait-ce à cause des micro-ondes ?

Le nombre de personnes immuno-
déprimées semble augmenter.
©Thinkstock
Journal d’une électrosensible : notre résistance immunitaire diminue – serait-ce à cause des micro-ondes ?
par Hélène Vadeboncoeur PhD, Maison du 21e siècle,
19 mai 2016

De plus en plus, je rencontre des gens qui ont eu, depuis une couple d’années, qui une pneumonie, qui une grippe s’étant souvent éternisées. Ou qui ont été aux prises avec une toux pendant un mois, deux mois, sans bronchite ni pneumonie. D’autres qui ont eu un zona, parfois même plus d’une fois. Et je ne parle pas des rhumes… Je connais aussi des gens (personnellement ou des proches d’amis) dans la vingtaine, la trentaine ou le début quarantaine, qui sont aux prises avec un cancer du cerveau.[1]

J’avais déjà 25 ans lorsqu’un ami de mes parents, alors dans la cinquantaine, est décédé du cancer. Le premier cas de cancer à ma connaissance et le seul pendant quelques dizaines d’années. Mais plusieurs de mes propres amis, tous des hommes, sont décédés du cancer depuis 2010 : l’un était au début de la cinquantaine, les autres au début de la soixantaine. Ce n’est pas une question d’âge, et pour des gens jusque-là en santé, ce fut non seulement très triste, mais inhabituel.

Des enfants sont malades à répétition, souvent affectés par des affections respiratoires. Et il y a vraiment de plus en plus d’enfants atteints d’autisme ou de troubles de déficit d’attention et hyperactivité.

Cellulaire et cancer: quand la science berne les journalistes

Cellulaire et cancer: quand la science berne les journalistes
par André Fauteux, Éditeur et rédacteur en chef du magazine La Maison du 21e siècle
courriel, Le Huffington Post Québec,
19 mai 2016

« Ne raccrochez pas... Le cellulaire ne cause pas le cancer », tranchait la chroniqueuse de La Presse Suzanne Colpron la semaine dernière. Elle se basait sur une récente étude épidémiologique qui concluait que l'incidence des tumeurs cérébrales malignes n'avait pas augmenté en Australie depuis la commercialisation des cellulaires, il y a 29 ans.

Dommage que Mme Colpron n'ait pas interviewé des experts indépendants pour avoir l'autre côté de la médaille. Ils lui auraient souligné que les auteurs de l'étude ont sciemment évité de se centrer sur les types de tumeurs bénignes et malignes spécifiquement associés à l'usage du cellulaire. Ce qui fait dire à Joel M. Moskowitz, directeur du Centre de médecine familiale et communautaire de l'Université de Berkeley, que leur étude fut « conçue pour servir de propagande ». D'ailleurs, son auteur principal, Simon Chapman, a déjà été financé par l'industrie du cellulaire et n'a pas divulgué le nom de ses bailleurs de fonds cette fois-ci. Il a récemment traité d'alarmiste l'épidémiologiste américaine Devra Davis qui prône la précaution en matière d'exposition aux radiofréquences, à l'instar de nombreux organismes et pays qui veulent notamment protéger les enfants davantage.

7 mai 2016

Le fonctionnement de l'être humain, qui est électrique, peut être perturbé par les champs électromagnétiques

Le fonctionnement de l'être humain, qui est électrique, peut être perturbé par les champs électromagnétiques
par André Chappuis et Anton Fernhout, alerte.ch, mai 2016

Le corps humain est un « appareil » électronique sophistiqué et, comme nos objets électroniques, son fonctionnement est susceptible d'être perturbé par des agressions d'origines techniques, dont les champs électromagnétiques. Ces perturbations sont à l'origine de l'électro-hypersensibilité et d'autres maladies « environnementales » liées à notre vie moderne. Télécharger l'article par André Chappuis et Anton Fernhout, Association Romande Alerte.

L'être humain est fait de telle sorte qu'il puisse subsister et se perpétuer dans la nature en résistant aux conditions extrêmes qui peuvent se présenter : grandes chaleurs sous les tropiques et grand froid à l'intérieur des cercles polaires ou en altitude, mais il n'est pas prévu pour résister à la plupart des pollutions provoquées par notre civilisation occidentale et il en subit certains dommages. Les « maladies environnementales » sont très variées et peu maîtrisées par le secteur médical. Elles peuvent trouver leur origine dans la pollution chimique (par exemple les pesticides, métaux lourds, additifs dans certains aliments, médicaments et dentifrices, etc.) dans l'augmentation de la radioactivité (accidents dans les centrales nucléaires, essais nucléaires, etc.), l'absorption de substances nocives (tabac, drogues, alcool, etc.), l'augmentation du bruit, et tant d'autres agressions induites par notre mode de vie moderne. Un facteur relativement récent et encore largement ignoré est l'augmentation de la pollution électromagnétique, telle que produite par le Wi-Fi, le DECT et la téléphonie mobile. Quelques traitements de chimiothérapie ont un impact durable sur les fonctions cognitives car certaines de leurs molécules sont des plus toxiques pour le cerveau.1

6 mai 2016

Une écolière électro-hypersensible retrouvée morte

6 MAI 2016 : La mère de Jenny Fry vient d'écrire l'histoire (en anglais) de sa fille qui a été retrouvée pendue à un arbre près de son domicile le 11 juin 2015.  Jenny a souffert d’électro-hypersensibilité et se cachait dans les salles de classe inutilisées dans l’école pour travailler et échapper au WiFi.  Sa mère  avait parlé à un enseignant responsable de l’école à propos de la sensibilité de Jenny mais il avait dit qu’il y a beaucoup d’informations disponibles prétendant que le WiFi est sans risques.  Les parents de Jenny sont maintenant en campagne pour retirer le WiFi des crèches et des écoles.  Lire "Why Die for Wi-Fi?  My Child Did - Will Yours?".

Une écolière retrouvée morte après avoir développé une allergie au WiFi
anguillesousroche.com, 1er décembre 2015

Une écolière de 15 ans a été retrouvée morte après avoir développé une allergie au WiFi qui a fait de sa vie un enfer.

Jenny Fry a souffert d’électro-hypersensibilité (EHS), qui lui a fait ressentir une grosse fatigue, des maux de tête et des problèmes de vessie, selon ses parents.

D’autres symptômes de l’EHS comprennent des nausées, des palpitations, la dépression et des problèmes de peau.

La mère de Jenny, Debra Fry, a dit que ses symptômes sont apparus parce qu’elle était allergique aux connexions Internet sans fil de son école.

Le corps de Jenny a été retrouvé pendu à un arbre à Brooke Woods, près de son domicile dans Chadlington, Oxfordshire, à 16h20 le 11 juin.

Sa mère a dit : «Jenny est morte après avoir demandé de l’aide. Elle a envoyé un texto à son amie en lui disant qu’elle avait l’intention de mourir, et lui a dit où elle se trouvait. Si elle avait eu l’intention de se suicider, elle n’aurait pas dit où elle était. Malheureusement son amie n’avait pas son téléphone et n’a pas vu le message à temps ».

4 mai 2016

Extrait de "Comment naissent les maladies" par Pr Dominique Belpomme : Les enfants exposés aux champs électromagnétiques

Comment naissent les maladies... Et que faire pour rester en bonne santé
par Dominique Belpomme, avril 2016

Extrait du livre à propos des enfants exposés aux champs électromagnétiques (pp. 218-219)

"C'est chez l'enfant, en raison de son extrême vulnérabilité, que la survenue de troubles majeurs liés aux champs électromagnétiques est le plus à redouter.  J'ai vu en consultation des gamins de deux à trois ans et même des nourrissons de trois à quatre mois hurler de douleur en montrant leur tempe avec leurs doigts, lorsque par hasard, ils se trouvaient à proximité d'une borne Wi-Fi.  J'ai examiné des enfants plus grands et des adolescents présentant des maux de tête, des troubles de l'attention, de la concentration et de la mémoire, alors qu'il m'était rapporté qu'à l'école, au collège ou au lycée, là où on venait d'installer une antenne relais ou des ordinateurs avec Wi-Fi, l'enseignant ne comprenait pas pourqoui ces enfants ou adolescents présentaient une dyslexie ou des troubles du comportement.  Or l'intolérance chez l'enfant peut devenir telle que celui-ci, ne pouvant plus pénétrer dans sa classe, refuse purement et simplement d'aller à l'école.  A terme, il est clair que le risque de psychose ne peut être exclu, bien qu'en l'état actuel de nos connaissances nous n'en ayons pas la preuve.