Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

27 déc. 2011

La controverse des statines

Récemment, le GHI (Geneva Home Informations, 14-15 décembre 2011) a publié un article sur les statines, ces médicaments qui abaissent le cholestérol.

L'article recommande de lire « Cholestérol : « Mensonges et Propagande » écrit par le cardiologue français et chercheur au CNRS, Dr Michel de Lorgeril, qui affirme que « réduire le taux de cholestérol ne sert à rien pour lutter contre les ennuis cardiovasculaires. »  Il continue:  “Il n’est pas faux de dire que nous suspectons les statines d’empoisonner gravement les muscles, de favoriser les cancers et de rendre stupide.  Sans avoir le moindre effet protecteur pour le système cardio-vasculaire...  “La question du cholestérol est un énorme business et il a toutes les apparences de la plus extraordinaire arnaque médical et scientifique jamais perpétrée.”

On ne peut pas toujours laisser les professionnels de santé nous dicter quels médicaments prendre. Nous ne pouvons pas céder à la pression agressive du marketing des compagnies pharmaceutiques. Nous devons surtout nous méfier des médicaments prescrits comme facteur de « prévention ». 

MISE à JOUR (11 janvier 2012):  Le « People’s Pharmacy » aux Etats Unis, qui depuis 35 ans fournit d’excellentes informations sur la santé, vient d’émettre cette alerte sanitaire :  “Les preuves s’accumulent indiquant que les médicaments pour abaisser le cholestérol et prescrits pour prévenir les maladies cardio-vasculaires, peuvent augmenter le risque de diabète de type 2.  Les recherches les plus récentes viennent du « Women’s Health Initiative", une étude débutée dans les années 90 et portant sur plus de 150 000 femmes ménopausées.  Pendant la décennie entre le début de l’étude et 2005, plus de 10 000 de ces femmes ont présenté un diabète.  Les chercheurs ont calculé que celles qui prenaient des statines comme l’atorvastatine (Lipitor), la rosuvastatine (Crestor) et la simvastatine (Zocor) étaient plus susceptibles de développer cette maladie.   L’étude a été publiée le 9 janvier 2012 dans Archives of Internal Medicine.



Il y a quelques années, mon médecin traitant depuis 15 ans,  m'a prescrit des statines pour un taux de cholestérol légèrement élevé.  Je lui ai dit, « Avec des changements de régime, je peux abaisser le taux de cholestérol en quelques mois. »  J'y suis parvenue, et depuis, le taux est resté normal.  Le même médecin a prescrit le Vioxx (je l’ai pris pendant une semaine).  Au moins, il a respecté mon refus de prendre ce médicament.  Beaucoup de médecins n’écoutent pas leurs patients.  En dépit des effets secondaires assez graves, ils continuent de leur prescrire les statines. 


Je vous conseille de contester la décision de votre médecin si vous avez des doutes concernant les médicaments prescrits et surtout, de vous informer sur leurs efficacité et effets secondaires.  Si votre médecin ne vous écoute pas, refusez de prendre le médicament ou changez de médecin.


Voici le problème avec les statines:


Elles sont parmi les médicaments les plus prescrits.  Aux Etats Unis en 2010, 22 pour cent de la population les ont utilisées.  Grâce à la vente des statines, l’industrie pharmaceutique a gagné 14 milliards de dollars  en 2009.  En France, elles coûtent un milliard d’euros par an à la sécurité sociale.  


 Les vies ne sont pas épargnées par la prise des statines.  Le médicament est conseillé pour les gens avec des problèmes cardio-vasculaires déjà diagnostiqués.  La plupart des personnes (75 pour cent) ne les prennent que pour des niveaux élevés de cholestérol ou comme mesure préventive.  Les bénéfices de ce médicament dans ces cas-ci, surtout pour les femmes, ne sont pas assez significatifs pour compenser les risques.  Le cholestérol n’est pas une toxine dangereuse pour la grande majorité des gens et les taux élevés ne sont pas un facteur de risque grave pour la santé.  Il n’y aucune preuve de bénéfices lorsque les statines sont prescrites à titre préventif.  En 2010, une analyse de 11 essais cliniques impliquant 65 000 personnes n'a pas pu démontrer comme évident,  que les statines épargnent des vies (Archives of Internal Medicine – 28 juin 2010).

Parmi les effets secondaires des statines:
-        Douleurs et faiblesses musculaires.  Jusqu’à un tiers des personnes prenant les statines s'en plaignent, et la plupart des médecins ignorent cette plainte.  La faiblesse musculaire peut aussi affecter les yeux.
-        Risque élevé de diabète de type 2, surtout avec Lipitor (9% d’augmentation de risque = 1 sur 255 hommes et femmes prenant les statines.
- Troubles de mémoire, irritabilité, dépression
- Cataractes (une étude récente impliquant 200 000 personnes prenant les statines a démontré qu’une femme sur 40 développe une cataracte)
- Fatigue
- Troubles digestifs et hépatiques
- Effet grave sur la sexualité
- Risque accru de polyarthrite rhumatoïde

Voici le témoignage d’un homme, professeur d'Université, qui prenait une statine (simvastatin – connue comme Zocor) et diagnostiqué avec la maladie d’Alzheimer.  Depuis la prise des statines, il avait perdu la faculté de reconnaître les personnes familières depuis des décennies et de lire plus d’une page de texte à la fois.  Il s’est inscrit à un essai clinique pour tester une nouvelle drogue traitant l’Alzheimer. Il a cessé de prendre les statines, et quand il est arrivé à l’université qui conduisait l’essai, les médecins lui ont dit qu’il n’avait pas l’Alzheimer.  Deux ans plus tard, les symptômes de cette maladie avaient complètement disparus.  Il pouvait de nouveau lire trois journaux quotidiennement. 


On devrait informer les patients de ces risques et les encourager à jouer un rôle actif dans la décision de prendre ou non les statines.  Une fois prescrites, on leur conseille de les prendre pendant le reste de leur vie.  Il existe des moyens plus sains pour abaisser le taux de cholestérol et réduire les risques cardiovasculaires :  cesser de fumer, faire de l’exercice tous les jours, contrôler la tension artérielle, perdre du poids, augmenter le taux de « bon » cholestérol, adopter une alimentation plus saine.  Et – ironiquement, réduire les médicaments toxiques qui parfois favorisent les maladies cardiovasculaires.


Il y a une tendance inquiétante de l’industrie pharmaceutique dans sa poursuite du profit, à prescrire les statines aux enfants ayant des taux de cholestérol élevés.  Le corps d’un enfant est en cours de développement et peut être plus sensible aux effets secondaires d'un médicament.  Abaisser le niveau de cholestérol d’un enfant sans la prise des statines en améliorant son alimentation et augmentant l’exercice physique est plus sain et souhaitable que de lui prescrire des statines.


Au-delà des prescriptions médicales, il faut regarder les facteurs environnementaux qui causent les maladies traitées par les médicaments : notre alimentation industrielle et les substances toxiques chimiques qui sont en train de créer une épidémie d’obésité et d’autres maladies chroniques.  Malheureusement, ce n’est pas le cas.  L’industrie pharmaceutique est portée par la cupidité.  Le marketing qui cible directement le consommateur devrait être banni.  Nous devons nous informer sur les dangers potentiels des médicaments et mettre la pression sur nos autorités afin qu'elles imposent une législation plus stricte aux industries qui polluent notre environnement et à leurs pratiques parfois mensongères.


par Meris Michaels



2 commentaires:

  1. Merci de nous avoir fait connaitre le problème avec les statines.

    RépondreSupprimer
  2. Michel De Lorgeril: l'arnaque du cholestérol et des statines.

    https://www.youtube.com/watch?v=Pt64YzmHlqg

    RépondreSupprimer