Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

30 mai 2012

Forum scientifique et citoyen sur la radioprotection, Genève, 12 mai 2012: réflexions personnelles

A Genève, 200 personnes ont participé au Forum scientifique et citoyen sur la radioprotection, organisé par IndependentWHO, un collectif d'individus et d'associations, soutenu par une large représentation d'ONG. L’IndependentWHO s’adresse exclusivement à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui, par son alliance avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ne peut pas remplir sa mission constitutionnelle : « Agir en tant qu’autorité directrice et coordinatrice dans le domaine de la santé » et « aider à former, parmi les peuples, une opinion éclairée en ce qui concerne la santé », y compris dans le domaine de la radioprotection.  L’OMS ignore les nombreuses et importantes recherches sur les souffrances des victimes des retombées d'essais nucléaires, d'explosions de réacteurs à Tchernobyl et Fukushima et d’autres accidents nucléaires, l’utilisation d'armes à uranium appauvri ou encore de rejets radioactifs liquides et gazeux dits « normaux » dans  la filière nucléaire.

Le Forum réunissait des médecins, des chercheurs indépendants, deux membres du Parlement Européen (Paul Lannoye, membre de la Commission santé-environnement et protection des consommateurs, et Michèle Rivasi, fondatrice de la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité, la CRIIRAD, qui aide les gens de Fukushima), des membres d'associations et des citoyens, donnant à chacun l’occasion de partager des connaissances et des expériences  autour des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima.  Les raisons d'organiser un tel forum n'auraient jamais dû exister.  Les catastrophes de Fukushima, Tchernobyl, Hiroshima, Nagasaki n’auraient jamais dû exister non plus.

20 mai 2012

Les puces radio à ondes téraherz qui détruisent l'ADN humain pourraient être intégrées aux téléphones mobiles


Les téléphones mobiles deviendront de plus de plus nocifs pour la santé.  A l’Université de Dallas, Texas, des technologues envisagent d’intégrer aux téléphones mobiles, des puces radio à ondes térahertz (THz).  Cette technologie dangereuse pourrait éventuellement rendre malade et même tuer des millions de personnes.  Ces ondes détruisent l’ADN humain et sont les mêmes que celles émises par les scanners corporels dans les aéroports aux Etats-Unis. Voici le résumé de l’article en anglais :  «DNA-Destroying Chip Being Embedded into Mobile Phones ».  Voir aussi :  « Airport Screening Devices May Cause Cancer ».

Résumé en français:

Les ondes térahertz émises par les scanners corporels et certains téléphones cellulaires détruisent l'ADN. 

Selon le Dr. Boian Alexandrov qui travaille au Laboratoire National de Los Alamos,  Nouveau-Mexique, les ondes térahertz (THz) détruisent l'ADN humain. Les fréquences "dézippent" littéralement les brins de l'hélice. 

15 mai 2012

Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection, Genève, 12-13 mai 2012: Communiqué de Presse


Voici le comuniqué de presse de l’IndependentWHO du 14 mai 2012 sur le Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection qui s’est tenu à Genève les 12 et 13 mai 2012. Voir :

« Le Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection : de Tchernobyl à Fukushima » organisé par le Collectif “IndependentWHO”, s’est tenu à Genève les samedi 12 et dimanche 13 mai.

La journée du samedi 12 mai a été consacrée aux exposés du Dr Eisuke Matsui, de Kolin Kobayashi, Aya Marumori, Wataru Iwata et Miwa Chiwaki (Japon), du Dr Galina Bandajevskaia, d’Alexei Nesterenko et Vladimir Babenko (Bélarus), d’Alexei Yablokov (Russie), du Dr Youri Bandajevsky (Bélarus – venu d’Ukraine), de Chris Busby (Royaume Uni), de Paul Lannoye (Belgique), des Drs. Michel Fernex (Suisse) et Sophie Fauconnier (France), de Paul Jobin, Roland Desbordes et Michèle Rivasi (France).


6 mai 2012

Comment demander aux voisins de réduire leur pollution électromagnétique?

Merci à l’Association romande alerte aux ondes électromagnétiques (ARA – www.alerte.ch) pour cet article (information fournie par Bürgerwelle Suisse, avril 2012).

Comment demander aux voisins de réduire leur pollution électromagnétique sans passer pour un apôtre apocalyptique ou un récalcitrant du sans-fil ?

C'est déjà un peu délicat de demander aux voisins d'éloigner leur chien de vos massifs de fleurs.

Surtout restez calme et utilisez des arguments sérieux et scientifiques.



A nos voisins

Les antennes de téléphonie mobile peuvent causer des nuisances à la santé et même des maladies. De plus, les téléphones sans fil DECT vendus depuis 1996 avec des combinés mobiles peuvent eux aussi produire des rayonnements nuisibles. La base DECT diffuse en effet des rayonnements en permanence, 24 heures sur 24, que vous téléphoniez ou non.

A la distance d'une longueur de bras d'une base DECT, le niveau de rayonnements équivaut celui d'une antenne de téléphonie mobile située sur un toit adjacent. Les murs en brique ou en béton sont facilement traversés par ces rayonnements.

Les nuisances de santé et les maladies causées par les téléphones sans fil DECT sont très fréquentes. Souvent des personnes sensibles souffrent de troubles du sommeil dus aux rayonnements des téléphones DECT provenant d'une ou plusieurs habitations voisines! Pourtant nombreuses sont celles qui n'en soupçonnent pas la cause.