Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

8 mars 2013

La Suisse et l'électrosmog - 7

Ces commentaires sur l’électrosmog, publiés dans les journaux suisses – Tribune de Genève et 24 Heures (rubrique « courrier des lecteurs ») et écrits par la rédactrice de ce blog, sont à la disposition de tous pour sensibiliser les populations à cette question, surtout en Suisse romande. Voir aussi l’Association romande alerte aux ondes électromagnétiques (ARA) – www.alerte.ch .

Téléphone portable et risque de cancer (31 octobre 2011)

Une étude récente réalisée au Danemark et publiée par le British Medical Journal (BMJ), montre que l’usage sur la durée d’un téléphone portable n’augmente pas le risque de cancer du cerveau. Cette étude, qui va probablement attirer l’attention des médias du monde entier, donne une fausse assurance au public sur la sûreté de l’usage des portables. Elle affaiblit les avertissements des autorités qui établissement les mesures de précaution à prendre dans l’usage des portables et qui, ainsi, nous protègent des risques, surtout pour les enfants. Un grand nombre de scientifiques disent que cette étude est faussée pour les raisons expliquées dans l’article de la Tribune de Genève du 22-23 octobre. Cette étude représente le prolongement d’une enquête, arrêtée en 2002, financée en partie par l’industrie danoise de télécommunications. Des scientifiques de l’Institut international d’épidémiologie (IEI) ont contribué à cette enquête. Cet institut a aidé l’industrie de télécommunications dans sa défense contre les plaintes légales portées par des personnes atteintes de cancers liés à l’usage des portables. Même la crédibilité du journal BMJ est mise en question, du fait, entre autres, de ses liens avec l’industrie pharmaceutique.

Risques dus aux antennes (24 janvier 2012)

Je remercie M. Winiger pour son article, « Les ondes ne sont pas anodines » (voir Tribune du 19 janvier). Il rappelle qu'une faible quantité d’ondes émises par les antennes, grandes ou minis, peut déclencher des réactions biologiques fortes et affecter notre santé. La Compagnie suisse de réassurance, Swiss Re, considère les dangers liés aux champs électromagnétiques (CEM) émis par les antennes, comme "risques-fantômes". Les fibres d’amiante et les implants de silicone étaient considérés auparavant, comme de tels risques. Aujourd’hui ils sont appelés risques émergents et finalement risques avérés, responsables d'effets néfastes sur la santé, qui coûtent d'énormes sommes d’argent en frais médicaux et dommages réels à la société. Selon Swiss Re, "du point de vue prospectif, on peut classer le risque de dangers liés aux CEM comme risque émergent." D’autres compagnies de réassurance ont déclaré qu’elles n’assureront pas les compagnies de téléphonie mobile en responsabilité civile pour les risques de maladies résultant des émissions des champs électromagnétiques. M. Winiger a aussi mentionné la surcouverture croissante du réseau mobile. Les antennes sont parfois installées trop près des écoles et des crèches, (moins de 500 mètres), sans considération des effets potentiels nocifs pour la santé des enfants davantage vulnérables aux ondes.


Antennes à réglementer (28 février 2013)

Une motion pour la création d’un plan d’installation d'antennes de téléphonie mobile vient d’être refusée par le Municipal. Cette motion a vu le jour suite à l’opposition des habitants à la pose d’une antenne sur le toit d’un immeuble à Thônex. Il est regrettable que les élus ne se soucient pas de la nocivité des ondes émises par les antennes, classées comme possiblement cancérigènes par l’OMS. Les antennes sont parfois installées trop près des écoles et des crèches sans considération des effets sur la santé des enfants davantage vulnérables aux ondes. Les professionnels de santé non plus, ne sont pas conscients de leur nocivité. Environ 5% de la population est devenu intolérant aux rayonnements, sources de souffrances physiques et sociales. [Ces « électrosensibles » sont confrontés à une exposition involontaire et non maîtrisable et à un manque de compréhension, de moyens de diagnostic et de traitement par la profession médicale.] Une meilleure planification par les communes mettra fin à l'anarchie dans l'implantation des antennes. Ceci sera un pas vers le soulagement des souffrances des électrosensibles et offrira une meilleure protection de la population - surtout des enfants - contre les ondes. Cependant, comme toujours, l'argent motive les opérateurs et les propriétaires des immeubles qui acceptent des antennes sur leurs toits, au détriment de la santé humaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire