Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

13 août 2015

Ondes électromagnétiques : arrêtons la désinformation !

Ondes électromagnétiques : arrêtons la désinformation !par Sébastien Tubau, Espace Renaissance, 21 mars 2015

Si vous suivez un tant soit peu ce qui se dit dans les media concernant la dangerosité des radiations électromagnétiques de faible intensité, il y a de quoi être confus. D’une part la question est vite technique et pointue, et d’autre part les autorités et industriels se veulent très rassurants alors que de nombre de chercheurs indépendants pointent le danger de ces radiations.

Soyons clairs : aucun industriel ne va scier la branche sur laquelle il est assis en admettant que son produit peut être dangereux pour la santé. Au pire il sera dans le déni, et à la rigueur il dépensera des millions en marketing pour vous manipuler et vous faire croire que ses produits non seulement ne sont pas mauvais pour la santé, mais qu’au contraire votre santé en bénéficie. Il n’y a qu’à observer les stratégies de Mac Donald’s (logo vert, publicité sous-entendant que manger Mac Do, c’est manger équilibré – si, si : il y a des protéines, des glucides et des lipides; si ça c’est pas une preuve… -, ou encore Coca-Cola et sa nouvelle bouteille verte et baptisée « Life »). Si en plus les scientifiques censés apporter la « vérité » sont payés par ces mêmes industriels pour filtrer les résultats, et si encore nos bons politiques intègres se laissent acheter par les lobbyistes, cela devient vraiment difficile de se faire une idée claire du problème.

Heureusement, grâce à internet, tout esprit curieux et critique peut trouver d’autres sources d’informations, voire des sources beaucoup plus crédibles !

Les principales études scientifiques indépendantes

– Interphone (Mai 2010) : Cette étude démontre des risques de cancer du cerveau accrus de 40 % chez les utilisateurs de téléphone mobile exposés pour une durée de 10 ans à raison de 30 minutes d’utilisation par jour.

– BioInitiative (2012) : La mise à jour du rapport BioInitiative examine plus de 1 800 nouvelles études scientifiques (2007-2012) et montre que les fréquences électromagnétiques et les technologies sans fil représentent un risque particulier pour les utilisateurs de téléphones portables (surtout pour les jeunes enfants et les femmes enceintes) :

– Risque de gliome (tumeurs cérébrales bénignes ou malignes, issues du tissu de soutien neuronal ou glie)
– Risque pour les spermatozoïdes
– Risque d’autisme
– Risque pour le développement cérébral du fœtus

Un premier rapport Bioinitiative publié en 2007 avait déjà mis en évidence des effets sanitaires (stress cellulaire, génotoxicité, risque de tumeur au cerveau ou de leucémie…).voir le rapport original (anglais)voir le résumé en français

L’électrosensibilité (ou hypersensibilité électromagnétique)

En 2005, l’OMS a attiré l’attention de l’opinion publique sur le nombre croissant d’individus se plaignant d’une dégradation de leur état de santé qu’ils attribuent à une forte sensibilité aux champs électromagnétiques. La liste des symptômes de l’électrosensibilité est très longue : fatigue, maux de tête, nervosité, troubles du sommeil, vertiges, acouphènes, palpitations… la rendant très difficile à diagnostiquer. L’électrosensibilité ne bénéficie pas d’une reconnaissance généralisée dans le monde scientifique et médical. Si les symptômes ne sont pas contestés, le lien de causalité avec les rayonnements électromagnétiques n’est pas établi. Une voie officielle vers la reconnaissance de l’électrosensibilité a été ouverte en Suède où les personnes souffrant d’hypersensibilité sont reconnues handicapées et reçoivent des aides publiques afin de pouvoir limiter au maximum leur exposition aux ondes. L’Angleterre a été le deuxième pays à reconnaître officiellement l’électrosensibilité comme une maladie. L’OMS admet l’existence de l’électrosensibilité mais n’attribue pas nécessairement cette pathologie à la seule exposition aux ondes.

Une actualité et un contexte inquiétants

Mai 2011 : l’OMS classe les radiofréquences en catégorie 2B. Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) de l’OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut-être cancérogènes pour l’homme sur la base d’un risque accru de gliome lié à l’utilisation d’un téléphone mobile 30 minutes par jour pendant dix ans. Octobre 2012 : décision judiciaire historique en Italie La cour de cassation a reconnu que la tumeur au cerveau d’un cadre supérieur était liée à l’utilisation intensive de son téléphone portable (30h par semaine pendant 12 ans).

Dès 2003 : les principales compagnies mondiales de réassurance déclarent ne plus couvrir les risques sanitaires liés à la téléphonie mobile.

Pour 60 à 70% des français, l’utilisation prolongée d’un téléphone portable présente un risque pour la santé (BVA 2008 / INPES 2009).

De nombreux pays préconisent de réduire l’exposition aux rayonnements électromagnétiques. Multiplication des recommandations de précaution (pouvoirs publics, industriels…).
Les « appels » de médecins pour dénoncer les effets des pollutions électromagnétiques

– L’appel de Fribourg (2002) : 150 médecins allemands de toutes spécialités, particulièrement de la médecine environnementale (Plus de 1000 praticiens signataires).voir ici

– L’appel des 20 (2008) : David Servan-Schreiber rassemble un groupe d’experts internationaux pour alerter l’opinion sur les dangers de l’utilisation des téléphones portables. voir ici

– L’appel de La Haye (2009) : 50 médecins demandent de réduire l’exposition aux champs électromagnétiques.

– Le Syndicat français de la Médecine Générale (2009) : L’Académie nationale de Médecine ayant rendu publique une « mise en garde contre une interprétation subjective du principe de précaution », le SMG plaide pour un respect strict du principe de précaution et pour une plus grande vigilance dans le suivi des effets sur la santé des ondes électromagnétiques.

– Les Médecins en faveur de l’environnement (MFE – 2012) : 1500 médecins suisses demandent des valeurs limites d’exposition plus strictes en matière de téléphonie mobile.

– 1200 médecins exigent des mesures de précaution en Allemagne concernant les ondes et la santé publique (2012)

– Pétition des médecins de l’ASEF (2012) 2500 médecins interpellent les parlementaires au sujet des antennes relais. Voir la pétition

Une conclusion : il y a plus à gagner à se protéger qu’à ne pas le faire !

Cela fait de nombreuses années que je suis à la recherche de solutions pour se protéger des radiations électromagnétiques de faible intensité. Surtout, je veux dans l’idéal un dispositif ayant fait ses preuves scientifiquement, abordable financièrement et ne nous empêchant pas de vivre au quotidien. Beaucoup de « solutions » existent sur le marché, dont la plupart ne présentent aucune étude de validité (ce qui ne veut pas dire dans l’absolue que cela ne fonctionne pas).

En ce qui me concerne, voici ma sélection :

1. Fazup pour les téléphones portables : de loin la meilleure solution actuellement, preuve à l’appui,  permettant de réduire plus de 99% du DAS. Le Débit d’Absorption Spécifique (DAS) de votre téléphone mobile est la norme internationale qui quantifie votre niveau maximal d’exposition aux ondes électromagnétiques. Cet indice désigne donc la plus grande quantité d’énergie que votre corps et votre tête absorbent lorsque vous téléphonez. La France applique le standard européen qui impose un DAS inférieur à 2 watts par kilogramme (W/kg). L’affichage du DAS des téléphones mobiles est obligatoire sur les lieux de vente, la notice produit et les publicités. Vous pouvez donc choisir votre mobile en fonction du niveau de rayonnement électromagnétique de chaque modèle.
Plus le DAS est faible, moins vous êtes exposé. Site françaisSite Suisse

2. Energydots pour les téléphones non compatibles avec Fazup, ainsi qu’à porter sur soi ou à mettre sur la borne wifi. Site anglais officielSite Suisse
3. Bio Music 6 en 1 : un des meilleurs dispositifs que je connaisse, avec de nombreuses
études scientifiques à l’appui, pour réharmoniser votre corps quelque soit les stresseurs auxquels il est soumis. Site officielSite Suisse

Pour aller plus loin, si vous parlez anglais, je vous conseille le documentaire américain « Mobilize« .
[Voir le "Trailer" dans l'article original.]


Sébastien Tubau, Espace Renaissance
Morges - Switzerland

Psychologue praticien, énergéticien, formateur.

Créateur de l'Espace Renaissance à Morges, en Suisse, en 2007 : magasin, vente en ligne, consultations (naturopathe, astrologue, esthéticienne, ortho-bionomy, reiki, tarot, psychologie, EFT).

http://www.espace-renaissance.com


https://espacerenaissance.wordpress.com/2015/03/21/ondes-electromagnetiques-arretons-la-desinformation/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire