Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

6 mars 2017

Ondes électromagnétiques : Témoignage de la Dre Devra Davis au Comité permanent de la santé du Parlement du Canada (avril 2015)

Comité permanent de la santé
Parlement du Canada

TÉMOIGNAGES
Le mardi 28 avril 2015

Dre Devra Davis (présidente et fondatrice, Environmental Health Trust):
ehtrust.org

Bon après-midi. C'est un honneur d'être ici. Je tiens à remercier le comité de m'avoir invitée à témoigner aujourd'hui. Je vais vous parler de l'incidence des champs électromagnétiques sur la reproduction chez l'homme et la femme. Je veux signaler que le Code de sécurité 6 précise que quelque 140 études n'ont pas été incluses car l'exposition n'était pas adéquate.

Je ne vais pas trop m'attarder sur mes qualifications. Vous les trouverez à la prochaine diapositive. Vous pourrez y jeter un oeil plus tard.



Je veux simplement dire que je détiens un doctorat de l'Université de Chicago. J'ai trois diplômes postdoctoraux, dont le dernier est une maîtrise postdoctorale en santé publique à l'Université Johns Hopkins. J'ai été pendant 10 ans directrice fondatrice du Conseil en études environnementales et en toxicologie à l'Académie nationale des sciences des États-Unis. J'ai également été membre du groupe qui s'est vu décerner le prix Nobel de la paix avec l'honorable Al Gore en 2007 pour avoir été l'auteure principale de plusieurs chapitres du rapport des Nations Unies sur les changements climatiques. J'ai été directrice fondatrice du Centre d'oncologie environnementale de l'Institut du cancer de l'Université de Pittsburgh, et j'ai reçu plusieurs prix, dont un prix d'excellence pour les réalisations d'une vie décerné par Green America, ainsi que le National Book Award pour mon premier livre intitulé « When Smoke Ran Like Water ». J'ai travaillé avec des gens des Nations Unies et des gouvernements de l'Inde, du Japon et du Canada.

Je suis ravie d'être ici aujourd'hui pour essayer de travailler avec le comité, qui sollicite actuellement des conseils sur cette question inquiétante et très importante. Je tiens à souligner que dans mes remarques d'aujourd'hui, je vais discuter des expériences qui ont été réalisées sur des animaux mâles et femelles — mais l'un de ces animaux est humain, et je vais y revenir dans un instant — pour étudier l'exposition aux téléphones cellulaires. Je tiens à le souligner. Quand nous regardons les études qui ont été menées à la Cleveland Clinic — qui est un remarquable centre de recherche réputé —, au Centre national australien de recherche sur la santé des hommes et dans d'autres établissements partout dans le monde, on constate qu'ils ont tous communiqué des résultats semblables à ceux que je vais vous présenter aujourd'hui.

Ils ont pris les spermatozoïdes d'hommes et les ont placés dans deux éprouvettes. L'une est exposée au rayonnement des téléphones cellulaires pendant deux heures et l'autre, non. Maintenant, les spermatozoïdes vont mourir car ils ne sont pas censés survivre dans une éprouvette, mais la vitesse à laquelle ils meurent et ce qui leur arrive durant ces deux heures révèlent beaucoup de choses d'un point de vue biologique.

Examinons les résultats du professeur John Aitken, qui a été formé à l'Université de Cambridge. Il est de la noblesse; c'est donc Sir John Aitken. Si on regarde au haut de la diapositive à gauche, dans le groupe témoin en blanc, ce sont les spermatozoïdes qui ont survécu après deux heures sans être exposés à quoi que ce soit. À droite, dans la colonne noire du bas, c'est le nombre de spermatozoïdes qui ont survécu après deux heures d'exposition à un téléphone cellulaire qui fonctionne normalement. Encore plus à droite, on voit ce que l'on appelle un test portant sur la mobilité, pour vérifier si les spermatozoïdes se déplacent bien, et il faut des millions de spermatozoïdes pour faire un bébé en santé. Les spermatozoïdes doivent être de bons nageurs. En bas, à gauche, on voit les dommages causés à l'ADN, surtout aux mitochondries — qui sont les moteurs des spermatozoïdes —, et on peut voir en bas à gauche que les spermatozoïdes du groupe témoin ont été très peu endommagés après deux heures. Ceux qui ont été exposés ont subi quatre fois plus de dommages, ce qui a été mesuré par des tests de laboratoire normalisés menés par les National Institutes of Health en Australie.

Maintenant, mon collègue Stan Glantz, qui est professeur en biostatistiques à l'Université de la Californie, à San Francisco, a conclu qu'à partir de toutes les données probantes — et je ne vous ai montré qu'une étude ici —, les téléphones cellulaires endommagent les spermatozoïdes, et ce à un niveau où aucune chaleur n'est produite. Donc, lorsque le Code de sécurité 6 a indiqué à maintes reprises qu'il n'y avait aucun effet éprouvé sans chaleur, il ne s'appuyait pas sur ces études. Je pense que c'est une omission très importante, et j'imagine que vous tous ici comprenez qu'il faut protéger les spermatozoïdes si nous voulons protéger l'avenir et la santé des espèces.

La prochaine diapositive vous montre une étude très intéressante dans le cadre de laquelle un ordinateur portatif a été placée directement au-dessus des boîtes de Pétri des spermatozoïdes. Les spermatozoïdes étaient incubés, si bien qu'il n'y avait pas de chaleur, car nous savons que la chaleur tue les spermatozoïdes. Cette étude révèle une hausse importante des dommages causés aux spermatozoïdes qui ont été exposés à l'ordinateur portatif par rapport au groupe témoin. Ce sont des résultats très importants. De nos jours, on les appelle des tablettes, car ils devraient être placées sur des tables. Elles sont testées à 20 centimètres du corps. L'industrie offre des conseils sur la façon d'utiliser ces appareils. Je félicite l'industrie car elle présente des conseils de façon plus directe récemment. Je vais d'ailleurs vous montrer à la fin ces conseils sur comment utiliser ces appareils de façon plus sécuritaire.

Je pense que le rôle du gouvernement consiste à s'assurer que les gens sont au courant de ces conseils méconnus à l'heure actuelle, notamment qu'un ordinateur portatif est censé être placé à 20 centimètres du corps. Pensons à tous ces enfants qui ont des iPads à proximité de leur corps... La longueur de leurs bras n'est même pas de 20 centimètres.

(1645)
Je suis revenue récemment de l'Inde, où j'ai travaillé avec le gouvernement. Il effectue actuellement des travaux de recherche importants tout à fait exceptionnels, et je pense que je vais vous fournir quelques exemples de ce qui pourrait facilement être fait au Canada.

Le gouvernement indien a subventionné des recherches sur le rayonnement des téléphones cellulaires, en utilisant un ordinateur pour générer les signaux de téléphone cellulaire. Il a exposé des rats mâles d'âge moyen — et c'est peut-être un groupe intéressant pour vous — au rayonnement de téléphones cellulaires pendant deux heures par jour, pendant 45 jours. À la fin de cette période, il a effectué des tests perfectionnés de biochimie et a découvert une augmentation des dommages causés à l'ADN, un taux de testostérone réduit et un taux de fécondité plus faible lorsque les animaux ont pu se reproduire.

Si l'on regarde les testicules, et c'est ce que les scientifiques ont fait, on voit qu'ils sont normaux et ronds. C'est ce qu'il faut. Les cellules doivent être intactes et être protégées par une membrane. Le rayonnement des téléphones cellulaires, comme la Dre Herbert vient de le dire de façon très éloquente, peut endommager les membranes. Il peut perturber l'intégrité des cellules. Le test sur les dommages, comme vous pouvez le voir à la droite, est celui des animaux qui ont été exposés. Ceux à gauche ne l'ont pas été.

Je veux vous montrer une étude qui, je pense, peut expliquer certains des résultats dont a parlé la Dre Herbert. Je veux insister sur le fait que je vous présente ici une seule étude. Il y en a de nombreuses autres. Ces études ont été réalisées, dans ce cas-ci dans un laboratoire en Turquie, et ont été subventionnées par l'OTAN. L'OTAN a subventionné ces recherches pendant plusieurs années car elles portent sur les radars. Les radars sont bien entendu une forme de rayonnement hyperfréquence. Les téléphones cellulaires émettent des hyperfréquences comme une radio bidirectionnelle. L'expression utilisée pour décrire ce rayonnement est l'« énergie des fréquences radio ». Ce n'est pas une expression précise. C'est en fait une petite forme de radar. C'est une forme de rayonnement hyperfréquence. Aucune de ces expressions — hyperfréquences et énergie des fréquences radio — n'est précise.

Cette étude réalisée en Turquie, tout comme d'autres, a pris deux groupes d'animaux et a exposé un groupe avant la naissance à des signaux générés par ordinateur qui imitent le rayonnement des téléphones cellulaires. Les résultats sont stupéfiants. Si l'on regarde à la gauche, on voit des cellules saines, des petits cercles bien ronds. Ces membranes sont intactes, puis il y a les cellules amplifiées du groupe témoin. Si l'on regarde en haut à droite, on voit moins de cellules et plus de dommages.
Je veux souligner que cela pourrait expliquer en partie ce que dit la Dre Herbert. Ce que nous voyons ici, ce sont des altérations à l'ADN et des dommages aux membranes causés par une exposition avant la naissance au rayonnement des téléphones cellulaires. Nous ne savons pas ce qui explique cette épidémie d'autisme — nous l'ignorons —, mais c'est certainement une hypothèse importante qui doit être étudiée en profondeur.

La prochaine diapositive montre les résultats des travaux du Dr. Hugh Taylor à Yale, que la Dre Herbert connaît sans doute. Cette étude a révélé que les animaux exposés avant la naissance ont des enfants atteints de problèmes de comportement importants, ce que des essais normalisés ont permis de mesurer. On a découvert essentiellement une forme d'hyperactivité chez les animaux. Le Dr Taylor dit que les animaux étaient extrêmement agités, et ce pourrait être un exemple. Nous avons parlé des travaux du Dr. Suleyman Kaplan sur le cerveau. Cela peut peut-être vous montrer les conséquences.

Enfin, nous avons de nouvelles données, que je communique pour la première fois ici au comité, qui proviennent du gouvernement coréen. Le ministère des Sciences a rendu publics des chiffres qui montrent une croissance rapide des taux de dépendance aux téléphones intelligents. Je n'ai pas besoin de vous dire que c'est une dépendance en ce moment, et c'est une dépendance classifiée par les médecins et d'autres professionnels de la santé comme nécessitant une thérapie. Le ministère a également relevé un changement dans le nombre de patients atteints de démence de moins de 65 ans, alors que l'on croit que la démence ne touche que les cas à risque où l'hérédité est en jeu.

Où en sommes-nous maintenant?

Comme plusieurs autres intervenants l'ont dit dans leur déclaration liminaire, nous devons intervenir à la lumière de ces faits et prendre des précautions.
Parlons maintenant de la certitude. Nous avons demandé à quel point nous sommes certains des effets sur la santé. Nous ne pouvons pas être certains parce que l'épidémiologie ne prédit rien; elle ne fait que prouver le passé. L'épidémiologie peut nous révéler des choses sur le passé. Elle ne peut pas et ne devrait pas être utilisée pour essayer d'établir des politiques publiques. Nous ne pouvons pas attendre qu'il y ait des morts ou des gens malades. Nous devons intervenir à la lumière de ce que nous savons pour prévenir les dommages.

(1650)
Plusieurs gouvernements prennent des mesures en ce sens, et je vais vous en donner quelques exemples.

En Belgique, en France et à Taïwan, il est littéralement interdit par la loi de donner un téléphone à un enfant de deux ans, et en Belgique et en France, c'est jusqu'à l'âge de sept ans. Ce n'est pas permis. C'est même une loi nationale qui a été adoptée. Vous pouvez trouver de l'information à ce sujet sur notre site Web. L'Inde a par ailleurs avisé informellement sa population, par une politique gouvernementale, que personne ne devrait utiliser un téléphone plus d'une heure par jour.

Le document de Santé Canada appuie cette affirmation, et je félicite Santé Canada pour le Code de sécurité 6, parce qu'il annonce que nous devons prendre des mesures spéciales pour les enfants. Il s'agit en fait d'une décision politique, parce que nous ne voulons pas traiter nos enfants et notre population comme des rats de laboratoire, dans une expérience non balisée.

Simplement pour vous donner une idée de ce que fait l'industrie, le Lloyd's of London et la Swiss Re ne couvriront pas les torts causés par les téléphones cellulaires à la santé. Ils ne les couvriront pas.
Tous les avertissements apparaissent actuellement à l'intérieur de ces appareils. Le projet de loi rendrait ces avertissements accessibles au public. Nous les publions sur un site Web intitulé showthefineprint.org. Vous pourrez trouver l'information et plus encore sur notre site Web, c4st.org. Bref, il vaut mieux user de prudence que d'avoir des regrets.

http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Mode=1&Parl=41&Ses=2&Language=F&DocId=7945128&File=0

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire