Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

21 août 2011

Le rayonnement de Fukushima alarme les médecins

Al-Jazira a un service d'excellentes nouvelles en anglais. Common Dreams publie parfois ses articles sur la santé et l'environnement. Celui-ci, écrit par Dahr Jamail, a été publié dans Common Dreams le 18 août 2011. Un journaliste de Al-Jazira est allé au Japon pour interviewer les médecins sur la situation actuelle concernant le rayonnement de Fukushima. Ci-dessous, une synthèse abrégée quasi textuelle de l'article. Voir l'article complet en anglais ici. 
Et s'il vous plaît, signez la pétition par Green Action au Japon pour les enfants de Fukushima .
  «Les scientifiques et les médecins appellent à une nouvelle politique nationale au Japon concernant des analyses de nourriture, du sol, de l'eau et de l'air pour la radioactivité s'échappant encore de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, fortement endommagée."

MISE A JOUR (12 novembre 2011):

Ceci vient d'un article du site "La terre d'abord": "Des examens médicaux, pour la thyroïde, ont débuté le 9 octobre 2011, ils visent 360 000 enfants de la province de Fukushima qui devraient tous être examinés d'ici 2014. Tous passeront ensuite des examens similaires tous les deux ans jusqu'à leurs vingt ans, puis tous les 5 ans au-delà cet âge. Notons que ces examens ne devaient commencer qu'à partir de 2014, mais les autorités ont du mettre en place un dispositif pour les débuter dès maintenant, sous la pression des parents."


Résumé de l'article d'Al-Jazira:
"Le suivi indépendant des niveaux de rayonnement est mené  face à l’inquiétude résultant de l'absence de surveillance du gouvernement japonais. Les conclusions sont alarmantes. Selon un médecin, le Dr Kodama, le montant total des radiations émises au cours des cinq mois depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima est équivalente à plus de 29 "de bombes atomiques de type Hiroshima» et la quantité d'uranium rejetée "est équivalent à 20" bombes d'Hiroshima.




Le personnel médical japonais mesure le taux de radioactivité

(À  fin juin, les dosimètres ont été donnés à quelque 34 000 enfants âgés de 4 à 15 ans et résidant à 45 miles de la centrale de Fukushima, après l’enregistrement de niveaux de radiation anormalement élevés dans la région.)

 

Les médecins au Japon ont déjà traité des patients souffrant de troubles de santé qu'ils attribuent aux rayonnements de la catastrophe nucléaire en cours. «Nous avons commencé à voirune’augmentation des saignements de nez, des cas tenaces de  diarrhée, et des symptômes grippaux chez les enfants», a déclaré le Dr Yuko Yanagisawa,  médecin dans un hôpital de   la préfecture de Chiba, située à environ 200km de Fukushima. "Parce que les matières nucléaires n’ont pas encore été encapsulées, le rayonnement continue  de se répandre dans l'environnement. " Le gouvernement a relevé la limite acceptable d'exposition aurayonnement pour les enfants de 1 mSv / an à 20 mSv / an, ce qui revient à élever les niveaux d'exposition pour les enfants jusqu'à 20 fois la limite maximale pour les adultes. "Cela a provoqué des controverses du point de vue médical. ... C'est une question qui implique à la fois des expositions personnelles internes et des expositions à faible dose. "

Dr Yanagisawa poursuit en disant, "Les humains ne sont pas encore capables de mesurer avec précision l'exposition à faible dose ou l'exposition interne. Affirmer " il est sùr"  car il n'est pas encore scientifiquement prouvé être dangereux,  serait une erreur." Sa préoccupation est que les nouvelles normes d'exposition du gouvernement japonais ne prennent pas en compte les différences entre adultes et enfants, car la sensibilité des enfants à l'exposition aux radiations est plusieurs fois plus élevée que celle des adultes.

Un autre médecin, le Dr Kondo, explique que les risques pour les enfants de développer un cancer dù à l'exposition aux rayonnements sont beaucoup plus grands que pour les adultes. "Le corps des enfants est en développement et facilement affecté par les radiations, ce qui pourrait causer le cancer ou retarder la croissance. Elle peut également affecter le développement du cerveau ",  dit -il.

Les estimations actuelles des autorités sur les effets sanitaires des faibles doses de rayonnements ionisants sont publiées dans "les Effets Biologiques des Rayonnements Ionisants VII (BEIR VII)rapport de l'Académie nationale américaine des sciences. Le rapport reflète le poids considérable de preuves scientifiques démontrant qu'il n'y a pas d’exposition aux rayonnements ionisants qui soit sans risque. Le rapport BEIR VII estime que chaque 1 mSv de rayonnement est associée à un risque accru de toutes les formes de cancer autres que la leucémie de l'ordre de 1 sur 10 000; un risque accru de leucémie de l'ordre de 1 sur 100 000 et  d’un risque accru de décès par le cancer de 1 sur 17'500.

Le Dr Helen Caldicott,  présidente fondatrice de "Physicians for Social Responsibility", est également préoccupée par les effets sur la santé de la catastrophe nucléaire au Japon. "Les éléments radioactifs pénètrent dans les testicules et les ovaires, et ceci peut causer des maladies génétiques, comme le diabète, la fibrose kystique, et la déficience mentale. Il y a 2 600 de ces maladies qui entrent dans nos gènes et sont transmies de génération en génération, pour toujours. Aucun niveau de rayonnement n'est acceptable, pour les enfants ou toute autre personne. Les enfants sont 10 à 20 fois plus sensibles que les adultes. Ils ne doivent pas être exposés au rayonnement, à aucun niveau "

Début de juillet 2011, les fonctionnaires de la Commission de sûreté nucléaire japonaise ont annoncé que quelque 45 pour cent des enfants de la région de Fukushima a subi une exposition  aux rayonnements sur la thyroïde, selon une enquête réalisée à la fin mars. Depuis mars, la Commission n'a plus effectué d'enquêtes.

"Le gouvernement japonais a sous-estimé les effets de faibles doses et / ou d' expositions internes et n’a pas augmenté le niveau d'évacuation, même au niveau équivalent adopté à Tchernobyl». Le Dr Yanagisawa dit ajoute :  "Des millions de personnes ont besoin d'être évacuées de ces zones au rayonnement élevé , surtout les enfants. " Elle est préoccupée par ce qu'elle appelle «les maladies à déclenchement tardif»  résultant de l'exposition aux radiations  de la catastrophe de Fukushima, ainsi que l'augmentation des cas d'infertilité et de fausses couches. "L’incidence du cancer augmentera sans aucun doute," dit-elle. «Dans le cas des enfants, des cancers de la thyroïde et des leucémies peuvent commencer àse déclarer  plusieurs années après. . Dans le cas des adultes, l'incidence des divers types de cancer va augmenter au cours de plusieurs décennies." «Sans doute», dit-elle, le taux de cancer parmi les travailleurs de Fukushima nucléaire va augmenter, ainsi que les cas de léthargie, l'athérosclérose et d'autres maladies chroniques parmi l'ensemble de la population dans les zones touchées.

Dr. Kodama,  expert en radiations internes, craint que le gouvernement n'ait pas mis en œuvre une action assez forte pour mesurer la radioactivité dans les aliments. Il dit que le problème majeur causé par l'exposition aux radiations internes est la génération de cellules cancéreuses car le rayonnement cause des mutations cellulaires non naturelles. " Le rayonnement représente un risque élevé aux embryons chez des femmes enceintes, les adolescents, et les cellules hautement prolifératives des personnes âgées."

L'exposition aux radiations internes,  plus dangereuse que celle aux radiations externes, existe pour les résidents de Fukushima. La distribution de produits alimentaires de la préfecture de Fukushima reste limitée: le lait cru, les légumes, notamment les épinards, le kakina, et tous les autres légumes à feuilles, y compris les choux, les champignons shiitake, les pousses de bambou, et le bœuf.  Du césium radioactif dépassant la limite du gouvernement a été détecté dans du thé transformé dans une usine deTochigi City, à environ 160 kilomètres de la centrale nucléaire de Fukushima. Plus de 11 000 tonnes d'eau radioactive ont été libérées dans l'océan par la centrale endommagée, affectant la vie marine."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire