Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

10 mai 2018

Suisse : Explications relatives aux capteurs fitness en lien avec les assurances

"Que des tiers puissent avoir accès à des informations relatives à notre état physique (indice de graisse corporelle, rythme du sommeil, fréquence respiratoire ou cardiaque, par ex.) et en tirer des conclusions relatives à notre santé ou à d'éventuelles maladies peut se révéler délicat. L'utilisation de ce type de données personnelles sensibles à des fins contraires à l'intérêt des personnes concernées peut entraîner des inconvénients majeurs."


Explications relatives aux capteurs fitness en lien avec les assurances
Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT), Confédération uisse

De plus en plus de personnes enregistrent, sous forme numérique, leurs activités sportives au moyen d’applications fitness présentes sur leur téléphone portable ou d’objets connectés que l’on porte sur soi (autrement dit, les «wearables»). S’amuser à mesurer ses propres paramètres corporels peut être motivant et s’avérer bénéfique pour la santé. Quand les gens s’enregistrent en permanence, ils finissent toutefois par produire une quantité impressionnante d’informations personnelles. Le risque d’une perte de contrôle – et donc d’une atteinte à la protection des données – est bien réel.

Les données qui renseignent sur notre état de santé ou nos maladies sont qualifiées de sensibles par la loi sur la protection des données (art. 3 LPD), car leur communication et leur traitement empiètent sérieusement sur la sphère privée. En utilisant des applis santé et des wearables (comme les brassards fitness et les montres intelligentes), nous ne fournissons pas seulement de multiples informations concernant notre santé, nous créons également un profil de personnalité révélateur. Les données fournies présentent un grand intérêt pour certains acteurs du domaine de la santé, mais aussi pour d'autres branches économiques.

Que des tiers puissent avoir accès à des informations relatives à notre état physique (indice de graisse corporelle, rythme du sommeil, fréquence respiratoire ou cardiaque, par ex.) et en tirer des conclusions relatives à notre santé ou à d'éventuelles maladies peut se révéler délicat. L'utilisation de ce type de données personnelles sensibles à des fins contraires à l'intérêt des personnes concernées peut entraîner des inconvénients majeurs. Peu importe d'ailleurs que les conclusions qui en sont tirées soient correctes ou non.

Données fitness contre réductions de primes

Continuer à lire :
https://www.edoeb.admin.ch/edoeb/fr/home/protection-des-donnees/gesundheit/assurance-maladie-accidents/explications-relatives-aux-capteurs-fitness-en-lien-avec-les-ass.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire