Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

12 mars 2011

Bouleversement

Est-ce que les désastres arrivent plus fréquemment ou, est-ce que c’est l’omniprésence des médias, la population croissante de la terre, les désastres qui arrivent dans les régions du monde avec la plus grande densité de gens, qui rend le tremblement de terre au Japon – et d’autres catastrophes d’une telle magnitude – si effrayants ?

Bien que ce blog soit centré sur l’impact de l’environnement sur la santé, nous ne pouvons pas négliger des réflexions sur des évènements récents comme les révoltes en Afrique du nord où les peuples sacrifient leurs vies pour la liberté, et le tremblement de terre et le tsunami au Japon.

Tsunami au Japon 11 mars 2011


Pour notre famille personnellement, le récent désastre au Japon a remué des souvenirs du grand tremblement de terre (8.3) à Tokyo et Yokohama de 1923. Ma mère, qui est aujourd’hui âgée de 96 ans, a survécu ce désastre qui a tué 140 000 personnes. Leur servante a sauvé elle et son frère. Quand les premiers séismes commençaient, elle a averti les enfants que « ceci sera grand » et de descendre l’étage où ils jouaient. Ils ont évacué la maison juste avant l’effondrement du toit de tuiles. Leur père travaillait au centre de Tokyo. Il lui fallait trois jours pour retrouver sa famille. La plupart des personnes ont perdu leur vie dans les incendies qui éclataient partout, allumées par les « hibachis » (le séisme est arrivé à midi quand les gens étaient en train de préparer leur déjeuner). Le tsunami qui suivait a forcé la population de fuir les régions de la côte. La famille de la mère a tout perdu et a été évacuée par la Croix Rouge aux Etats-Unis.

Le tremblement de terre du 11 mars est arrivé à Sendai, une communauté d’agriculteurs et de pêcheurs d’une million d’habitants. L’impact de ce désastre humain et environnemental sur cette population, qui comprend des gens âgés, sera dévastateur. Cela nous rappelle notre fragilité en face les forces terrifiantes de la nature. Cela nous rappelle aussi que notre société est organisée d’une telle façon que la destruction de catastrophes pourrait être magnifiée. Il y a plusieurs réacteurs nucléaires dans la région qu’on a fermées. Le potentiel pour un autre désastre existe. Si l’on ne peut pas refroidir ces réacteurs, le cœur sera exposé, les températures pourraient monter jusqu’à 5 000 degrés F. Ceci pourrait amener à un écroulement. Différent du cas de Tchernobyl, la sûreté nucleaire des pays comme le Japon et les Etats-Unis est bien en place.

Les conséquences du tremblement de terre au Japon nous invite à la réflexion sur les dangers potentiels de l’énergie nucléaire et son impact sur l’environnement et la santé : les fuites radioactives, les déchets nucléaires, les mines d’uranium. Nous devons militer pour l’éventuel abandon du nucléaire comme source d’énergie. (Voir  http://www.contratom.ch/ et  http://www.greenpeace.ch/ pour les informations sur la question nucléaire en Suisse).

par Meris Michaels

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire