Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

13 août 2018

L'Electrohypersensibilité

L’ELECTRO-HYPERSENSIBILITE 
Jacques LINTERMANS D.Sc.* Vinciane VERLY Dr.Med. **

NUNZIO PROFETA, Electrosensibles belges, 12 août 2018

Remarque préliminaire : Le présent document ne constitue pas une revue exhaustive de l’ensemble des aspects d’un problème pathophysiologique spécialement complexe. Il se réfère aux données publiées en sélectionnant celles qui semblent les plus appropriées à une tentative succincte d’information objective.

I. Introduction L’EHS

- Electro Hyper sensibilité ou Hypersensibilité électromagnétique – est un syndrome handicapant lié à une intolérance environnementale aux ondes électromagnétiques. Sa prévalence dans les pays industrialisés est en croissance rapide.

L'Electro Hyper Sensibilité (EHS) peut se manifester soit suite à une exposition accidentelle massive, soit suite à une exposition chronique plus modérée à des champs électromagnétiques.

Les personnes EHS sont fortement gênées par les micro-ondes (hyperfréquences) pulsées en extrêmement basses fréquences de type téléphonie mobile (téléphones portables, antennes relais, wifi, téléphones domestiques sans fil DECT, Bluetooth, smartphones...).

L'EHS est un déséquilibre physiologique reconnu et décrit par l'OMS. En Suède il a reçu une reconnaissance officielle, non comme une maladie mais comme une « altération fonctionnelle », au Canada il est considéré comme une « sensibilité environnementale ».



De plus, le Conseil de l’Europe ainsi que plusieurs villes américaines ont reconnu la réalité physiologique de cette intolérance. C'est également le cas de nombreux médecins de part le monde.
De nombreuses études indépendantes ont démontré à la fois la réalité de l'électrosensibilité et le lien physiologique et non psychologique avec l'exposition aux champs électromagnétiques.

Ainsi certains symptômes, tels que les troubles de la fonction cognitive, qui sont observés chez les hommes, le sont également chez les animaux en conditions expérimentales.

Chez l'homme, les symptômes les plus fréquents sont : maux de tête, troubles du sommeil, vertiges, troubles de la mémoire et de la concentration, irritabilité, troubles du rythme cardiaque, picotements, brûlures, troubles de la vision, douleurs musculaires et articulaires, éruptions cutanées.

Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et évoluer ou s’intensifier avec le temps et avec l’exposition ou non aux champs électromagnétiques.

Selon une évaluation récente 3-5% de la population européenne et nord-américaine seraient atteints d’EHS, alors que, selon les scientifiques, 30% montreraient un ou plusieurs symptômes de dérèglement physiologique attribuables à une exposition aux micro-ondes émises par la téléphonie mobile. Ref: Dr.Erica Mallery-Blythe, EHS, A Summary Working Draft, Version 1, Dec.2014, for EESC Brussels, pdf 2

II. Mécanisme d’action des champs électromagnétiques dans le domaine biologique.

Le mécanisme par lequel les champs électromagnétiques (CEM) peuvent influencer les systèmes fonctionnels de l’organisme humain est resté longtemps inexpliqué. L’effet thermique provoqué par ce type d’irradiation parait insuffisant pour modifier une structure biologique.

Une explication a été trouvée avec la propriété qu’ont les CEM d’activer les canaux calciques de la membrane cellulaire. Ceux-ci, en effet, sont électriquement chargés.

Il s’en suit alors un afflux de calcium dans la cellule et une cascade de réactions (voir schéma) où, en plus d’une action cytotoxique directe de cet ion, en particulier sur les mitochondries, se forment des radicaux libres et un stress oxydatif responsables d’effets pathophysiologiques (Pall). VGCC = voltage-gated calcium channel Réf: Pall ML. Electromagnetic fields act via activation of voltage-gated calcium channels to produce beneficial or adverse effects J Cell Mol Med 2013 Aug: 17(8):958-65 3

III. Observations cliniques objectives d’électro-sensibilité

Le mécanisme d’action des ondes électromagnétiques sur les cellules est décrit ci-avant de manière générale. Cependant, les cellules composent les organes de systèmes fonctionnels dont la sensibilité peut varier selon les prédispositions génétiques de chacun. Seront alors observées sous irradiation une ou plusieurs réactions pathophysiologiques pouvant être différentes d’un sujet électro-sensible à l’autre, telles que :

  • Système immunitaire :

- réaction de type allergique dont un biomarqueur est la valeur élevée de l’histamine plasmatique (Belpomme) (1) ;

- augmentation des mastocytes cutanés (Johansson) (2) ;

- diminution de l’activité des cellules NK (Gobba) (3).

- diminution des lymphocytes cytotoxiques plasmatiques (Boscolo) (4)

  • Système neurovégétatif :

- troubles du rythme cardiaque, mesurables à l’ECG sous irradiation contrôlée (von Klitzing) (5), (Havas) (6) ;

- variation du potentiel électrique de la peau, mesurable sous irradiation contrôlée et qui est un indicateur de l’état de stress du sujet (von Klitzing) (5) ;

- variation de la microcirculation mesurée sous irradiation contrôlée (von Klitzing) (5) ;

- augmentation du cortisol salivaire chez des sujets expérimentalement exposés aux signaux des champs électromagnétiques émis par des antennes de téléphonie mobile (Augner) (7)

- valeurs plasmatiques élevées des protéines de stress Hsp27, Hsp70 (Belpomme) (1).

  • Système nerveux central :

- désynchronisation des rythmes alpha de l’EEG provoquée par l’émission prolongée d’un téléphone mobile (Vecchio F., et al) (8) ;

- modification de l’EEG dans les fréquences de 4 à 8 HZ et15 HZ chez des enfants exposés aux ondes GSM pendant 30 minutes lors d’un exercice de mémorisation (9) 4

- trouble du métabolisme cérébral, reflété par une diminution de la circulation sanguine dans le territoire thalamo-limbique et mesurée par examen à l’échodoppler (Belpomme) (1) ;

- troubles vasculaires attribués à un effet sur les astrocytes réglant l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique. Biomarqueurs: nitrotyrosine, peroxynitrile, protein S100B plasmatiques élevées (Belpomme) (1) ;

- valeur effondrée de la mélatonine urinaire (Belpomme) (1).

  • Troubles de la fertilité :

- diminution du nombre, de la mobilité et de la normalité morphologique des spermatozoïdes dans le sperme des hommes utilisant un téléphone portable de manière régulière et prolongée (Agarwal) (10)

  • Pathologie cellulaire :

- pathologie mitochondriale avec stress oxydatif : augmentation de la 8- hydroxyguanosine et de l’acide lactique urinaires et circulation d’ADN mitochondrial dans le sang (Castronovo) (11)

- augmentation du taux d’oxydation de la coenzyme Q10 plasmatique chez des sujets électrohypersensibles, reflétant un état inflammatoire (De Luca) (12)

  • Toxicité :

- action réfléchissante des micro-ondes vers le cerveau par le mercure composant les amalgames dentaires et troubles neurologiques de type EHS dus à sa fixation prolongée dans les tissus corporels (Mutter) (13)

IV. Quantification des facteurs physiques relatifs à la sensibilité

Il est démontré que les effets biologiques de l’exposition d’un organe à des ondes électromagnétiques dépendent à la fois de l’intensité et de la durée de cette exposition.

L’interaction de ces ondes avec les tissus exposés suit les lois de la thermodynamique, la pénétration de ces ondes dans le corps se faisant avec une puissance limitée par leur absorption. Cette absorption est avant tout exercée par l’eau qui est le constituant majeur du corps humain mais elle est également fonction de l’épaisseur de la peau et des dimensions anatomiques de chaque sujet. A cet égard, il est mathématiquement démontré que pour une exposition donnée les doses d’irradiation des organes par les ondes sont considérablement plus élevées chez les jeunes enfants que chez les adultes. (Vander Vorst) (14) 5


Références

(1) Belpomme D. et al., Reliable disease biomarkers characterizing and identifying electrosensitivity and multiple chemical sensitivity as two etiopathogenic aspects of a unique pathological disorder Rev Environ Health 2015; 30(4):251-271  
(2) Johansson O., Disturbance of the immune system by electromagnetic fields: the potentially underlying cause for cellular damage and tissue repair reduction which could lead to disease and impairment Pathophysiology 2009; 16 (2-3): 157-77 
(3) Gobba F. et al., Natural killer cell activity decreases in workers exposed to extremely low frequency magnetic fields exceeding 1 micro T Int J Immunopathol Pharmacol 2009 Oct-Dec; 22(4): 1059-62 
(4) Boscolo P. et al., Effects of electromagnetic fields produced by radiotelevision broadcasting stations on the immune system of women Elsevier, “Science of the total Environment”, Vol. 273, Issues 1-3, 12 June 2001, 1-10 
(5) Tuengler A., von Klitzing L., Hypothesis on how to measure electromagnetic sensitivity Electromagnetic Biology and Medicine, 2013; 32(3): 281-290 
(6) Havas M. et al., Provocation study using heart rate variability shows microwave radiation from 2.4 GHz cordless phone affects autonomic nervous system Eur.J.Oncol-Library, 2010, Vol 5, 273-310 (7) Augner C. et al., Effects of Exposure to GSM mobile phone base station signals on salivary cortisol, alpha-amylase, and immunoglobulin A Biomed Environ Sci. 2010 Jun;23(3):199-207 
(8) Vecchio F. et al., Mobile phone emission modulates interhemispheric functional coupling of EEG alpha rhytms Eur J Neurosci 2007 Mar, 25(6): 1908-13 
(9) Krause CM et al., Mobile phone effects on children’s event-related oscillatory EEG during an auditory memory task Int J Radiat Biol 2006; 82 (6) : 443-450 
(10)Agarwal et al., Effects of cell phone usage on semen analysis in men attending infertility clinic : an observational study Fertility and Sterility Vol 89, No 1, January 2008, p124-128 
(11)Castronovo V., Mitochondrial Pathology ECERI, 5th Paris Appeal Congress, 18th of May, 2015 (12)De Luca C. et al., Metabolic and Genetic Screening of Electromagnetic Hypersensitive Subjects as a Feasible Tool for Diagnostics and Intervention Hindawi Publishing Corporation, Mediators of Inflammation, Volume 2014, Article ID 92418 
(13)Mutter J., Electromagnetic fields and dental metal toxicity ECERI, 5th Paris Appeal Congress, 18th of May, 2015 
(14)Vander Vorst A., Effects of electromagnetic fields on living organisms Ibid. 

(*) Lintermans J., Docteur ès sciences, ancien assistant au laboratoire du métabolisme des médicaments de la Faculté de pharmacie de l’université de Genève (Suisse) ; ancien chercheur au Laboratory of Chemical Biodynamics de Melvin Calvin (Prix Nobel de Chimie), University of California, Berkeley (USA) ; ancien Deputy President de l’Institute of Bioactive Science de la société pharmaceutique japonaise Nipppon Zoki, Osaka (Japon) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.