Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

24 nov. 2017

Digipigi, un risque potentiel pour la santé des enfants: Lettre à "Family First Switzerland"

Digipigi, un risque potentiel pour la santé des enfants:  Lettre à "Family First Switzerland"
par Meris Michaels, 24 November 2017 (traduction)

Cette photo dans l’article nous a préoccupés car, si l'iPad est connecté au Wi-Fi, il ne doit pas être tenu sur les genoux de l'enfant car il irradie les parties sensibles du corps de l’enfant.

Le 14 novembre 2017, après avoir lu leur article en ligne sur Digipigi («C'est la raison pour laquelle Digipigi peut apprendre aux enfants en Suisse sur l'argent.»), nous avons envoyé la lettre ci-dessous au groupe « Family First Switzerland ».

Pour l'instant, la tirelire connectée est uniquement vendue en Suisse. L'idée pourrait cependant se propager dans les banques d'autres pays. Si cela se produisait aux États-Unis, nous serons dans l’obligation d’en alerter le groupe: « Campaign for a Commercial-Free Childhood » qui pourrait forcer les fabricants à retirer des jouets connectés du marché. Le groupe partage nos préoccupations quant à l'impact d'un appareil tel que Digipigi sur le développement d'un enfant.

Voici notre lettre en question :

Référence : Promotion de Digipigi

Madame,
Monsieur,

Nous avons lu votre article "C'est pourquoi Digipigi peut enseigner aux enfants en Suisse sur l'argent" sur votre site avec beaucoup d’inquiétude.

Suisse : Lettre ouverte aux soignants du Centre médical de Lancy, Genève, sur la technologie sans fil

Lettre ouverte aux soignants du Centre médical de Lancy, Genève, sur la technologie sans fil
par Meris Michaels, 24 novembre 2017

Le groupe médical de Lancy comprend sept spécialistes en médecine interne, 21 psychiatres/psychologues, une spécialiste en obstétrique/gynécologie, et un nombre de thérapeutes (voir leur site).


Récemment ouvert, le Centre n’avait pas de Wi-Fi dans la salle d’attente au 2ème étage (médecine interne) jusqu’à présent. Cependant, le personnel à la réception, y compris un certain nombre de jeunes femmes, est saturé avec l’électrosmog (téléphones sans fil, Wi-Fi, smartphones…). A plusieurs reprises, j’y ai parlé à mon médecin, directeur de la médecine interne au Centre, et au personnel.

Imaginez ma déception récemment de trouver le Wi-Fi dans la salle d’attente! Etant sensible au Wi-Fi, je sentais de la forte pression dans la tête. Mon médecin croit que le rayonnement de radiofréquences émis par les technologies sans fil ne génère pas les risques pour la santé. Il m’a dit que l’on perdrait des « clients » s’il n’y avait pas de Wi-Fi à leur disposition.

23 nov. 2017

Glyphosate: la Suisse joue en solo

Glyphosate: la Suisse joue en solo
par Christian Chevrolet, bonasavoir.ch, 20 novembre 2017

Sans attendre la décision de ses 28 voisins européens et malgré une analyse démontrant que 40% des aliments sont contaminés, le Conseil fédéral estime que l'herbicide est sans danger et refuse son interdiction.

C'est l'histoire du verre à demi plein ou à demi vide. Sauf que la flotte est remplacée ici par une substance autrement plus agressive: le glyphosate, herbicide que la société Monsanto a rendu célèbre avec son produit phare, le RoundUp. Alors que l'Union européenne (UE) hésite entre le prolongement de son exploitation ou son interdiction, la Suisse joue en solo et propose de classer le produit sans danger, donc sans raison de l'interdire.

Le verre à demi plein, c'est parce que la prise de position du Conseil fédéral, face à une motion déposée en septembre dernier par le groupe des Verts, s'appuie sur une étude montrant que 40% de 230 produits vendus en Suisse et analysés par l'Office fédéral de la sécurité alimentaire contiennent du glyphosate.

Des traces de glyphosate dans environ 40% des denrées en Suisse

Pas d’interdiction en Suisse!

Des traces de glyphosate dans environ 40% des denrées en Suisse
ATS / Le Temps, 19 novembre 2017

Environ 40% des denrées alimentaires en Suisse présentent des traces quantifiables de glyphosate, d'après les premiers résultats d'une étude de la Confédération. Ces restes ne présenteraient pas de danger pour la santé

Plus de 230 échantillons de denrées alimentaires ont été analysés par l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) afin de déterminer l’exposition de la population suisse au glyphosate. Quelque 40% d’entre eux présentaient des traces de cet herbicide controversé, le plus couramment utilisé au monde. Les quantités étant très faibles, il n’y aurait pas de risque pour la santé des consommateurs, juge l’office.

Des produits tels que miel, vin, pain, pommes de terre, légumes ou aliments pour nourrissons ont été examinés. Les plus fortes concentrations ont été mesurées dans les pâtes, les céréales pour petit-déjeuner et les légumineuses. Le monitorage n’est pas encore terminé, mais cette première évaluation montre que les résidus de glyphosate dans les aliments ne présentent pas de risque pour la santé, écrit l’OSAV.

Ce logiciel espion dit à Google où vous êtes, même hors connexion

Ce logiciel espion dit à Google où vous êtes, même hors connexion
par Pascal Samama, journaliste, bfmbusiness.bfmtv.com, 22 novembre 2017

Depuis le mois de janvier, un logiciel espion caché dans Android trace les utilisateurs et envoie discrètement leur localisation à Google. Un dispositif qui fonctionne même lorsque la géolocalisation est désactivée.

Google a omis de prévenir les utilisateurs d'Android -
Emil Korhonen - Lehtikuva/AFP
Pour ne pas être tracé, il suffit de désactiver la géolocalisation sur son smartphone. Facile, mais est-ce vraiment efficace sur Android? Selon une enquête de Quartz, Google a mis au point un système qui lui permet de savoir où vous êtes, même si la localisation est coupée, grâce au numéro de cellule GSM.

Contacté par Quartz, Google a reconnu la méthode en précisant qu’elle était utilisée depuis janvier 2017. Il semble s'agir d'une autre technique que celle détectée cet été par le site de La Dernière heure qui permettait déjà au groupe californien de connaître les déplacements des utilisateurs d'Android. Selon le site belge, l'historique faisait remonter ce tracking à 2016.

Faut-il vraiment limiter la population mondiale pour sauver la planète ?

Les 10 % les plus riches sont responsables de la moitié des émissions de CO2.

Faut-il vraiment limiter la population mondiale pour sauver la planète ?
par Sophie Chapelle, bastamag.net, 17 novembre 2017

La question revient fréquemment dans les débats sur le changement climatique : l’augmentation de la population constituerait l’une des principales menaces pour l’équilibre planétaire. Les pays pauvres, et particulièrement l’Afrique avec sa forte croissance démographique, sont implicitement visés. Pourtant, un Africain pollue vingt fois moins qu’un Nord-américain. Si la question démographique se pose à long terme, elle risque d’être utilisée pour évincer les vraies priorités et responsabilités : une meilleure gestion et répartition des ressources et une remise en cause du modèle consumériste.

C’est une alerte solennelle qui permet de remettre l’urgence climatique au cœur des débats. Le 13 novembre, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont publié un cri d’alarme sur l’état de la planète pointant la « trajectoire actuelle d’un changement climatique potentiellement catastrophique » et un « phénomène d’extinction de masse » [1]. Si ce texte, largement relayé par les médias, souligne l’échec des gouvernements à réévaluer le rôle d’une économie fondée sur la croissance, il met surtout l’accent sur « la croissance démographique rapide et continue » perçue comme « l’un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétale ». Qu’en est-il vraiment ?

Un Nord-américain pollue vingt fois plus qu’un Africain

22 nov. 2017

Suisse : Ligne à très haute tension: cinq cents Valaisans continuent la lutte contre le projet aérien

Ligne à très haute tension: cinq cents Valaisans continuent la lutte contre le projet aérien
par Christine Saviozlenouvelliste.ch, 19 novembre 2017

MANIFESTATION - Les citoyens de la région de Grône refusent de baisser les bras malgré la décision du Tribunal fédéral rejetant les recours contre le projet aérien. Ils étaient des centaines dimanche à participer au clip d'une chanson militant pour la ligne enterrée.

Ils refusent de baisser les bras. Même si le Tribunal fédéral a donné raison à Swissgrid et rejeté les recours contre le projet de ligne aérien, les citoyens de la commune de Grône et du Valais en général se sont mobilisés dimanche pour militer encore pour une ligne à très haute tension enterrée entre Chamoson et Chippis.

21 nov. 2017

Podomètres connectés : des enfants sous pression

Des enfants sous pression
èar Andreas Gossweiler, bonasavoir.ch, 14 novembre 2017

PODOMÈTRES CONNECTÉS Ceux destinés aux enfants entre 4 et 10 ans arrivent sur le marché. Est-ce bien raisonnable? Un tour d’horizon avec quelques experts.

La plupart des podomètres, souvent disponibles sous la forme d’un bracelet intelligent, ne se contentent pas de compter le nombre de pas réalisés chaque jour. Ils mesurent également le pouls, la qualité du sommeil et le nombre de calories dépensées. Les résultats sont visibles et analysés soit avec une application mobile, soit sur Internet. Mais ce qui peut être utile pour un adulte l’est-il vraiment aussi pour des enfants?

Prenons l’exemple du modèle «Vivofit Junior», commercialisé par Garmin. Selon la publicité, il devrait aider les enfants à «vivre des aventures amusantes et se fixer des objectifs sportifs». Les parents peuvent d’ailleurs programmer les objectifs, ainsi qu’une récompense lorsqu’ils sont atteints. Adidas et Leapfrog proposent également ce genre de solution.